• fr

A la découverte de l’Art Déco à Napier

Après notre long séjour au Cap Est, voici un court article pour vous parler d’un petit coin de Nouvelle-Zélande très mignon : Hawke’s Bay et sa capitale Napier. Destination architecturale et région viticole renommée, nous n’avions pas forcément prévu d’y passer mais, contre toute attente, on a adoré nos 3 jours dans le coin !

Tout commence avec une tempête. Une vraie de vraie, avec du vent, de la pluie, et encore beaucoup de vent. Nous ne faisons pas les fiers dans notre bivouac sur la Péninsule Mahia, entre Gisborne et Napier. En van, on acquiert rapidement quelques réflexes : ne pas se garer sous les arbres pour éviter les chutes de branches, se garer le nez face au vent pour éviter d’être trop secoués, vérifier que la zone n’est pas inondable, rester à proximité des toilettes pour ne pas être trop trempés. Ici, rien n’y fait, la nuit est mouvementée avec le vent qui hurle, la pluie qui tambourine sur la tôle et le van qui se balance de droite à gauche… Autant dire qu’on n’est pas très frais le lendemain pour prendre la route vers Napier.

Mais la tempête n’a pas faibli en intensité. Elle s’est même renforcée. Toni se cramponne au volant, notre petit Bongo tient tant bien que mal le cap, tanguant à chaque rafale, et, sur mon siège passager, je me crispe en espérant que l’on ne s’écrase pas contre l’un de ces énormes camions qui viennent en sens inverse. Après 30km, première ville en vue. Epuisés, on abdique. Trop dangereux de conduire dans ces conditions. Cap sur la bibliothèque, qui est un refuge bien apaisant. La ville est moche et déprimante mais, peu importe, on est au sec !

Après une nuit sur la place du village, le temps est au grand bleu le lendemain. Aaaah on préfère ça !!! A mi-chemin, on s’arrête aux chouettes Shine Falls, accessible par une petite marche à travers des pâturages remplies de vaches tranquilles et moutons peureux et une forêt protégée. La puissance de la cascade est telle que je me retrouve trempée en voulant prendre une photo !

Napier

En fin d’après-midi, nous atteignons Napier, la capitale de Hawke’s Bay. C’est une ville connue dans toute la Nouvelle-Zélande car, suite à un séisme en 1931, elle a été quasiment entièrement reconstruire dans le style Art Déco, très en vogue à l’époque. Aujourd’hui, cela donne une ville avec une belle unité architecturale  et un petit charme pas désagréable à l’œil.

Alors qu’on commence à se balader, on remarque de nombreuse vieilles voitures, dans le style de celle de Phil. C’est assez courant dans le pays, on ne s’étonne pas plus que ça… « Mais tiens, regarde, là, tout le groupe est déguisé en habits d’époque ! Et là aussi ! »

Oui, nous sommes tombés pendant le Winter Deco Week-end ! Toutes les animations prévues sont hors de prix mais, peut importe, c’est génial de voir autant de monde habillé comme dans les années 20-30. Avec l’architecture Art Déco en toile de fond, on se projette très bien quelques dizaines d’années en arrière !

De la colline surplombant la ville, nous avons une très belle vue sur la chaîne de montagne enneigée traversant le pays, ce qui ne nous rassure pas car c’est notre prochaine destination…

Hastings

Nous poursuivons notre route dans la baie : Hastings, à 20min, est une autre petite ville Art Déco, avec sa curieuse ligne de chemin de fer traversant le rond point central.

Pour la suite, point de visites de domaines viticoles pour nous, mais celle d’une entreprise produisant du miel local, très réputé. Si vous passez dans le coin, ne loupez pas l’arrêt à Arataki Honey (gratuit). Il y a un petit musée super ludique et, surtout, un bar à miel ! Moi qui ne suis habituellement pas très fan, je les ai tous trouvés plus succulents les uns que les autres !

Puis nous avons continué vers le Te Mata Peak tout proche, une montagne ayant la forme d’un géant endormi (si, si, avec beaucoup d’imagination !) et que l’on peut gravir… en voiture (on devient feignants !). Depuis le sommet, la vue est à couper le souffle. D’un côté, nous avons le Pacifique, et de l’autre nous avons les volcans enneigés, les plus hauts sommets de l’Île du Nord.

Nos craintes se confirment : il continue de beaucoup neiger dans la région de Taupo, que nous voulions visiter par la suite… La route y menant est même fermée car trop enneigée et verglacée. Du coup, changement de plans, on ne prend pas de risque, on met le cap sur Wellington pour y trouver du boulot !

On va faire les 320 km nous séparant de la capitale d’une traite, avec seulement un incident au compteur : alors qu’un 4×4 nous double, on sursaute d’un coup en entendant un bon gros POC. Et bim, un bel impact sur le pare-brise, de la taille d’une pièce de 2€ !!! Heureusement, on traverse un village moins de 10min après. Alors qu’on se demande ce qu’on va faire, je vois un gros « Windscreen » (« pare-brise ») sur le bord de la route. On s’arrête pour savoir si c’est réparable et le mec nous rassure tout de suite, pas besoin de changer le pare-brise, il peut nous le réparer pour 90$… Mouai. On repère un concurrent à lui à quelques centaines de mètres, qui, lui, peut nous faire la réparation pour 75$. On signe !

2h après, notre pare-brise est comme neuf ! L’impact, qui nous paraissait énorme, est maintenant totalement invisible. C’est magique ! On repart, le cœur (et le porte-monnaie) plus léger, mais sans cesser de sursauter à chaque nouveau « poc » (nombreux sur cette route empruntée par beaucoup de camions)… Autant dire qu’on est HEUREUX d’arriver à Wellington ! C’est parti pour la recherche d’un appart et d’un boulot. Quelques mois de sédentarité ne vont pas nous faire de mal, après ces 3 super mois de road-trip dans l’Île du Nord !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour améliorer et personnaliser votre experience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

Hey ! On est aussi sur facebook, rejoins-nous !

Non merci, ça ne m'intéresse pas !