• fr
  • es

Déceptions à Mui Né

Mui Né, station balnéaire du sud du Vietnam. Nous espérions y trouver belles plages, soleil et chaleur… et pourtant ça a été la douche froide en y arrivant ! (Encore plus après 4 jours dans la superbe Hoi An…) On vous explique dans l’article pourquoi il ne faut pas y aller. (Et bah, ça fait rêver comme intro !)

Nous avions donc de grandes attentes envers Mui Né. Après 20h de trajet depuis Hoi An (et un changement éclair à Nha Trang, station balnéaire hideuse remplie de russes), le bus nous jette littéralement sur le bord de la route au milieu de nulle part. Bon, on fait quoi maintenant ? Comme d’habitude, on n’a pas de réservation donc le plan, c’est de trouver une chambre en bord de mer, de se poser et de piquer une tête.  Plantons le déco : la route longe la mer sur plus de 20km, avec des hôtels et magasins des 2 côtés. Ça nous parait donc simple sur le papier : il suffit de demander aux hôtels à notre gauche, côté mer, et, dès on a un prix raisonnable, on s’arrête.

Rempli d’espoirs, on commence donc à marcher le long de la route, à la recherche de la chambre abordable. Mais très vite, on déchante : la bande entre la route et la mer (de pas plus de 5-6m de large) est soit composée de restaurants miteux, soit à l’abandon. La « plage » est hideuse et la plupart du temps inexistante, les vagues venant lécher les plots en béton. Tout, absolument tout est écrit en russe. Les rares touristes que nous croisons sont des groupes de russes qui ne nous enchantent pas vraiment (bruyant, gras, rouge écrevisse… tout ce qu’on aime). Et surtout, les prix annoncés par les très rares hôtels en bord de mer sont totalement hors budget pour nous (au Vietnam, nous payons une chambre double entre 6 et 12$ la nuit dans le plus cher des cas. Là, on nous annonce minimum 40$). Il fait chaud et humide, on commence à accuser le coup avec la fatigue du voyage, le moral descend en flèche…

Après 4km de marche interminable, on se résout à s’arrêter dans l’hôtel le moins cher, qui peut nous faire un bungalow à 20$ pour une nuit seulement. La chambre est passable, dans le plus pur style vietnamien, c’est-à-dire style hôpital, avec carrelage immaculé au sol et sur les murs, mais surtout, on entend la mer depuis le lit ! On peut enfin se détendre… et aller piquer une tête. La plage est toujours aussi inexistante et les grosses vagues viennent directement s’écraser contre le mur des bâtiments. Bref, ça ne vend pas vraiment du rêve mais ça a le mérite de nous rafraîchir !

Après avoir tenté un resto de poissons et fruits de mer qui s’est révélé immangeable (sympa le goût de produit vaisselle du poisson !), on se couche en espérant que le lendemain sera un jour meilleur

Première mission du jour : trouver un autre hôtel, car le nôtre est complet pour la nuit d’après. Nous serions bien repartis immédiatement mais nous ne somme pas prêts à refaire quelques heures de bus… Et maintenant qu’on est là, autant aller faire un tour dans les environs ! On jette un coup d’œil sur Booking et, petit mirable, la chambre d’un hôtel qui était annoncée à 25$ 5min avant vient de passer à 14$ ! Le tout à 5min à pied. On y va donc directement, où le gérant nous fait le prix Booking pour une super chambre autour d’une piscine toute mignonne. On n’entend pas la mer mais on a la piscine, ça nous va !

Voyons utile maintenant : que va-t-on faire de la journée ? A Mui Né, en plus de la plage, il y a 3 sites touristiques : des dunes jaunes, style Sahara, des dunes rouges (la même chose en un peu plus orange) et le Canyon des Fées, un ruisseau serpentant au milieu d’un canyon naturel. Les dunes jaunes étant assez loin, la seule manière d’y aller est de louer une moto ou de prendre un tour.

Alors que le plan était de louer un scooter, tout le monde nous met en garde : la police n’est pas franchement accueillante à Mui Né et arrête TOUS les touristes (facile, il n’y a qu’une route) à qui elle trouve toujours des « amendes » à donner (même en étant en règle avec passeport international et casques). Ils demandent systématiquement un million de dongs, soit 40€, 1/10ème du salaire mensuel vietnamien… sans donner de justificatif bien sûr ! Vous pouvez l’imaginer, on n’est pas vraiment emballés par la perspective de négocier avec des policiers corrompus donc on réfléchit à une alternative.

Le tour en jeep permettant de voir les 3 n’étant pas beaucoup plus cher que la location d’un scooter (+ essence, + parking) et surtout, garanti sans corruption, nous choisissons donc cette option pour le lendemain matin. En attendant, nous louons des vélos (très chers, plus du triple qu’à Hoi An !) pour aller faire un tour dans les environs et tenter de changer cette désagréable image que nous avons de Mui Né.

Sous une chaleur écrasante, nous pédalons en direction du « centre-ville » et nous arrêtons observer les pêcheurs dans leurs curieux bateaux ronds. C’est l’heure de la sieste et les quelques poissons morts dans des bassines d’eau en plein soleil ne nous font pas vraiment envie… La plage, un peu plus large à cet endroit, est jonchée de déchet. Ça ne parait pas très glamour vu comme ça mais c’est un arrêt sympa, bien différent de tout ce qu’on a vu jusqu’à présent !

Nous allons ensuite au marché, mort à cette heure, et nous balader un peu dans le village qui n’est pas envahi par les russes (normal, ils ne sortent pas de leurs resorts all-inclusive) et plutôt mignon. Après ça, retour sous le cagnard et plongeon bien mérité dans la piscine, avec un repas de poisson bien meilleur que la veille ! LA spécialité de Mui Né, ce sont les restaurants avec les aquarium à l’entrée. Il suffit de choisir son poisson et de payer au poids, selon le plat choisi. Succulent quand c’est bien préparé !

Les dunes jaunes de Mui Né

Le lendemain, réveil aux aurores pour aller voir le lever de soleil depuis le haut des dunes jaunes avec le tour en jeep. Il y a des dizaines et des dizaines de personnes sur place et la majorité montent au sommet de la dune en quad, à prix d’or. Bien sûr, les vietnamiens disent que c’est impossible d’y aller à pied, qu’on n’y sera pas pour le lever du soleil, blablabla. Et bien sûr (on ne nous la fait plus !), c’est tout à fait possible, ça prend un petit 15 min et, une fois en haut, il y a largement le temps avant le lever du soleil. On grimpe donc au milieu des odeurs de gasoil et des vrombissements de quad, qui nous dépassent à toute vitesse sans faire attention aux piétons. Au sommet, c’est encore pire. Il y a foule et beaucoup laissent le moteur tourner sans fin. TOUT CE QU’ON DÉTESTE. En plus, c’est très nuageux donc il n’y a pas de soleil. Et pour les dunes, c’est 3-4 collines de sable, on ira plutôt en voir des vraies au Maroc !

Les dunes rouges

Second stop. Là, on est assaillit d’enfants qui tentent de nous louer des bouts de plastique pour faire du sandboard. Sachant qu’on est en semaine, que ces bouts de chou devraient être à l’école… Triste. On refuse de participer à ce « commerce » et de les encourager à continuer. Comme toutes les jeep se suivent, il y a foule. La vue sur la mer est néanmoins sympa.

Arrêt chez les pêcheurs

Troisième arrêt : la plage et ses pêcheurs, où on a déjà été la veille. Enfin un arrêt intéressant !! Il est à peine 9h donc l’activité bat son plein, les filets débordent et les transactions vont bon train. On adore !

Le Fairy Stream

Enfin, dernier arrêt, le Ruisseau des Fées, ou Fairy Stream en VO. Ça, c’est la très bonne surprise du tour ! C’est une petite rivière qui a creusé un canyon aux parois rouges et ocres et dans lequel on se balade pieds nus. C’est rafraîchissant et très agréable, même s’il y a toujours foule et il faut parfois faire attention à ne pas se prendre une perche à selfie… Mais, à peine descendus de la jeep (parfaitement inutile en passant car on est toujours restés sur l’asphalte… Mais « ça fait mieux »), on fonce pour doubler tout le monde et se retrouver quasiment seuls, après 20 min de marche dans le canyon. Si on avait su, on aurait fait juste cet arrêt par nous même, sans faire tout le tour !

Je pense que vous comprenez mieux pourquoi on n’a pas du tout apprécié Mui Né… Peut être que si on avait été à un autre endroit le long de la plage, ça se serait mieux passé. Mais pour nous, ça n’a été qu’un ensemble de déceptions… Le Vietnam a tellement mieux à offrir ! Comme par exemple la prochaine étape, Ho-Chi-Minh-Ville (ou Saigon comme les locaux l’appellent toujours)…

good to know !

Du 17 au 19 janvier 2017 - 1€ = 24 000 dongs

Les prix, sauf mention contraire et sauf pour l'hébergement, sont par personne.

Bus Hoi An-Mui Né

300 000₫

2 bus différents (changement à Nha Trang) et 20h de trajet...

Hong Di Bungalows

450 000₫

Chambre double avec sdb privée. Propre, sans charme mais au bord de l'eau.

La Casa del Latino

338 000₫

Un petit hôtel plein de charme, avec de belles chambres autour de la piscine et un bon resto mexicain. On recommande !

Location vélo

50 000₫

Prix négocié pour 1/2 journée... Très cher après les 20 000₫ la journée de Hoi An !

Tour en jeep

135 000₫

On a tout dit plus haut !

Bus Mui Né-Saigon

120 000₫

4h, rapide et confortable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour améliorer et personnaliser votre experience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

Hey ! On est aussi sur facebook, rejoins-nous !

Non merci, ça ne m'intéresse pas !