Arthur’s Pass et ses randonnées magiques

Après une belle découverte de la West Coast sous le soleil, nous nous dirigeons vers l’intérieur des terre pour emprunter un des 3 cols qui permettent traverser l’île du Sud de passer de la côte Ouest à la côte Est : Arthur’s Pass ! Il est réputé pour offrir des vues spectaculaires sur les Alpes du Sud… Et nous n’avons pas été déçus !

Nous avons traversé Arthur’s Pass aller/retour en 3 jours, entre le 1er et le 3 décembre 2017.

Jour 1 : de West Coast à la East Coast – 170km

Arthur’s Pass est très réputé pour ses randonnées mais ce n’est pas le but de cette première traversée : nous devons être dans la région de Christchurch le lendemain. Pourquoi ? Je ne le sais toujours pas !

En effet, si nous avons interrompu notre descente de la West Coast, c’est à l’initiative de Toni, qui me réserve une surprise. Je sais juste que c’est mon cadeau des 25 ans, que j’ai fété un an auparavant… Nous avons donc pris 3 jours pour faire l’aller/retour vers Christchurch.

En ce 1er décembre, le temps est toujours au grand bleu. La route vers Arthur’s Pass tient toutes ses promesses. Ça monte dur mais notre petit van tient le coup, doucement mais sûrement ! C’est là qu’on est content d’avoir une boite manuelle !

Nous nous arrêtons au point de vue du viaduc, impressionnant. Il s’appelle aussi « Death Corner Lookout »… « le tournant de la mort », brrr ! Comme nous l’apprendrons plus tard au petit musée du DoC d’Arthur’s Pass, les voyageurs empruntaient avant cette route en voitures tirées par des chevaux. Et, un jour, un bébé est passé par-dessus bord à cet endroit-là, sans survivre… Triste !

Ce point de vue est aussi connu pour ses kéas, que nous cherchons sans succès… Une autre rencontre que nous attendons avec impatience ! Les kéas sont les seuls perroquets de montagne au monde et ne vivent qu’en Nouvelle-Zélande. Ils vivent en altitude et sont très beaux, avec leur plumage vert, bleu et orange pétant sous les ailes. Auparavant très fréquents, ils ont été exterminé au siècle dernier car ils tuaient les moutons. Ils sont maintenant très protégés mais restent assez rares… Nous espérons en rencontrer pendant notre tour de l’île du sud !

Nous allons au Visitor Centre du DoC, le Department of Conservation, pour nous renseigner sur les prévisions météos et l’état des chemins de randonnée (brochure ici). Un incontournable dans ce pays au temps très changeant et aux montagnes tueuses ! Il abrite un petit musée très intéressant. Les rangers nous rassurent : les prévisions sont excellentes pour les prochains jours, pas de dépression à l’horizon. Les températures sont très élevées en cette fin de printemps, c’est exceptionnel.

Comme nous avons encore de la route, nous ne faisons qu’une petite rando tranquille, Devils Puchbowl Waterfall, 700m de long pour 150m de dénivelé (1h en prenant vraiment son temps). La cascade est immense (131m de haut) mais déjà dans l’ombre : mieux vaut y aller le matin !

 

Nous poursuivons une cinquantaine de kilomètres de plus jusqu’à Castle Hill (appelé Kura Tawhiti Access Track sur Maps.me), une curieuse colline d’énormes blocs de calcaires. De nombreux grimpeurs sont là, tentant l’escalade à main nue de ces rochers. Nous, on se contente juste de se balader au milieu des blocs en admirant le panorama…

Nous reprenons la route sans nous arrêter jusqu’au Whitecliffs Domain Campground, un beau freecamp envahi de sandflies. Alors que nos voisins kiwis sont en short en train de prendre l’apéro, pépères, nous on manque de devenir fous ! Nous craquons et installons des moustiquaires aux fenêtres de notre van… Enfin du répis !

Toni m’annonce alors le programme du lendemain : un lever tôt, très tôt, pour aller faire un tour en montgolfière !!! Waouh, quelle surprise, je ne l’aurais jamais deviné !! Ça promet !

Jour 2 : De la côte Est à Arthur’s Pass – 135 km

Après une courte nuit, nous nous réveillons très tôt pour notre tour en montgolfière… Mais ça, je vous le raconterai dans le prochain article !

Après cette belle expérience, il est encore très tôt. Nous ne nous attardons pas dans la région de Christchurch, où nous reviendrons, et nous reprenons la route vers… Arthur’s Pass ! Et oui, demi-tour pour poursuivre notre descente de la West Coast !

La route est encore plus belle dans le sens Christchurch-Hokitika, avec des montagnes qui se découvrent d’un coup et des panoramas très dégagés. Les couleurs sont dingues !

Nous nous arrêtons à Cave Stream Scenic Reserve, à quelques kilomètres de Castle Hill. La particularité de cette réserve naturelle ? Un ruisseau devient souterrain et traverse une grotte sur 500m. On peut le remonter si le niveau n’est pas trop haut. Des grottes, un peu d’aventure, de la baignade… C’est tout ce qu’on aime !

Après 15min de marche, on arrive à l’entrée de la grotte.

La mise à l’eau est… fraîche ! L’eau, en direct des montagnes, est glacée par rapport à la température extérieure qui frise les 30ºC (à l’ombre bien sûr). Nous avons l’eau à mi-cuisse en général (jamais plus haut que la taille). Avec nos frontales et nos sandales décathlon (on les aime d’amour, ce sont les meilleures chaussures possibles pour voyager !), nous remontons le torrent, rocher après rocher. On escalade quelques petites cascades. C’est vraiment spécial d’avoir la frontale pour seule lumière ! Heureusement, on n’est pas tout seuls, on entend régulièrement 2 autres groupes de personnes un peu plus loin.

Le chemin n’est pas difficile mais il faut être en bonne forme et surtout, ne pas être claustrophobe. Nous on trouve ça très drôle ! On parcourt les 500m en 1h environ, tranquillement. Après une bonne grimpette à le fin, on retrouve le soleil avec plaisir ! Le temps de rentrer au van, on est déjà secs… Cette balade aura été originale et rafraîchissante !

Et, parce qu’on est encore plein d’énergie, on décide de faire une autre rando : Bealey Spur Track. Elle commence dans une forêt rafraîchissante, puis on passe à une vue dégagée sur le plateau. C’est splendide. On voit au loin les glaciers qui tutoient les nuages.

Comme l’énergie commence à nous manquer, on ne va pas jusqu’au bout, mais on s’arrête à un endroit avec une belle vue, après 1h de montée. Le vent fort nous oblige à chercher un endroit abrité pour un pique-nique bien mérité. La randonnée totale n’est pas très longue (6km, 2h30) mais, après le réveil matinal, et connaissant notre programme du lendemain, nous avons la flemme d’aller jusqu’au bout… Cette rando est plutôt facile et offre de très belles vue sur les sommets environnants : parfait comme alternative à Avalanche Peak ! Il y a un refuge gratuit à la fin.

De retour au van, nous retournons au Visitor Centre du DoC d’Arthur’s Pass pour vérifier la météo pour le lendemain et prendre quelques conseils. En effet, nos voulons monter au sommet « Avalanche Peak » et ce n’est pas une petite balade comme aujourd’hui : on entre dans la catégorie des « tramping tracks ». Si les « walking » et « hicking tracks » sont plutôt faciles, les tramping tracks sont réputées beaucoup plus techniques : milieu plus hostile, chemin moins marqué, rivières à traverser, etc.

On ne s’inquiète pas trop pour Avalanche Peak, qui est un sentier hyper fréquenté, mais, en montagne, le temps peut être imprévisible… La visite au DoC est indispensable ! Ils nous rassurent : les conditions sont idéales, pas de pluie à l’horizon. Ils nous donnent une liste d’affaires à prendre : chaussures de rando, affaires chaudes, 3L d’eau par personne, nourriture, téléphone portable, torche, appareil-photo. Beaucoup de touristes surestiment leurs capacités et partent en étant mal préparés, obligeant les secours en montagne à intervenir… C’est un problème récurrent en NZ.

Puis, crevés par notre journée, nous rejoignons le Greyney’s Shelter Campsite, un camping gratuit tout près de là. Arthur’s Pass est le rêve pour tout fan de camping sauvage, avec plein d’aires gratuites accessibles à tous !

Un seul point noir : ces fichues sandflies sont partout !! Après un dîner vite fait expédié, nous nous couchons avant même le soleil… C’était une longue mais belle journée !

Jour 3 : D’Arthur’s Pass à la West Coast – 75 km

Nous nous réveillons tôt, bien reposés. A 7h, nous commençons à marcher vers Avalanche Peak. Nous avons choisi de faire l’aller-retour par la Scotts Track, réputée plus longue mais moins pentue et plus jolie qu’Avalanche Peak Track. Au programme : 3-4h de montée, 1100m de dénivelé positif, et Avalanche Peak qui culmine à 1833m en ligne de mire.

Et pendant 3h30… On ne fait que monter. Les cuisses chauffent et jamais le dénivelé ne s’inverse pour leur donner un peu de repos ! Il y a au moins un avantage : la vue est à couper le souffle et est de plus en plus belle, pause après pause. Imaginez, on est parti de la rivière au fond de la vallée !

Au dessus de nous, Avalanche Peak nous nargue. Le sommet est encore loin !

Après 3h30 de montée, nous arrivons aux premières plaques de neige. Une pause rafraîchissante bienvenue car il fait vraiment super chaud malgré l’altitude. Quelques minutes après, nous sommes enfin au sommet, crevés mais heureux ! Nous sommes littéralement face aux glaciers.

Alors que nous sommes assis à manger nos sandwichs, on entend de forts cris d’oiseaux « kkeeeaaaaaa ». Pas de doute possible, les kéas sont dans le coin !!! Ils arrivent très vite à tournoyer au dessus de nous, puis se posent à côté. Nous sommes aux anges, enfin ces fameux kéas, les seuls perroquets de montagne du monde !

Ce sont de vrais clowns : ils ne sont pas du tout peureux et s’approchent de chacun pour essayer de voler de la nourriture, de fouiller dans les sacs… Il est totalement interdit de leur donner de la nourriture car cela les rend agressifs (sans oublier que c’est très mauvais pour eux). Heureusement, c’est bien respecté par les autres groupes de marcheurs (nous sommes une quarantaine en tout).

Il y a un adulte et un juvénile, au tour des yeux jaune. On peut admirer leurs dessous d’ailes orange dès qu’ils s’élancent, mais, pour les prendre en photo, c’est une autre histoire. Après beaucoup d’essais, les seules photos nettes que nous avons ne montrent pas le dessous des ailes… Tant pis !

Après 1h30 de pause, on redescend alors que les nuages commencent coiffer les sommets environnants. La descente est horrible pour les genoux. Je termine au bord des larmes, de très mauvaise humeur… Mais tout cela est oublié dès qu’on retrouve le sol plat, 8h après l’avoir quitté !

On file au BBH The Sanctuary, un hostel, qui propose des douches chaudes à 2$… Le BONHEUR ultime !

Tout propres, nous reprenons la route vers la West Coast, pour rejoindre Kapitea Reservoir, où nous avions dormi il y a 3j. Nous serions bien restés plus longtemps à Arthur’s Pass pour faire d’autres randos mais, ayant un avion prévu pour aller passer Noël en Australie, nous n’avons pas le temps de nous attarder…

Nous comptions faire d’autres randos avec mes parents en février mais, lorsque nous sommes repassés, l’île du Sud était touchée par un ouragan et le temps à Arthur’s Pass était apocalyptique… Impossible de visiter malheureusement !

Un PVT, ou simplement un voyage en Nouvelle-Zélande en préparation ? Retrouvez tous les articles de notre blog voyage sur la Nouvelle-Zélande, le « pays du long nuage blanc » ! Voici ceux concernant l’île du Sud en particulier :

Morgane

Nous, c'est Toni et Morgane, couple franco-espagnol passionné de voyage, Après 8 mois en Amérique du Sud en 2014, nous avons repris la route le 1er janvier 2017 pour un voyage sans billet retour ! Pour en savoir plus, n'hésite pas à venir faire un tour sur notre page "Qui sommes-nous ?" !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez les cookies ? Nous aussi ! Ce site utilise des cookies pour améliorer et personnaliser votre expérience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.