Frontière Thaïlande-Birmanie : passage de Mae Sot à Myawaddy

Mi-janvier 2019, nous avons voyagé de Bangkok à la Birmanie. Pour nous, qui cherchons à éviter au maximum l’avion, voyager par la terre était une évidence. Fermée aux étrangers jusqu’en 2013, cette frontière reste assez redoutée. Pourtant, nous avions lu et entendu des choses rassurantes sur ce passage de frontière Thaïlande-Birmanie, aussi appelé frontière Mae Sot-Myawaddy. Et en pratique, comment est-ce que ça s’est passé ?

De Bangkok à Mae Sot

La ville frontalière côté Thaïlande est Mae Sot. S’y rendre depuis Bangkok (ou Chiang Mai) est hyper simple. A Bangkok, nous nous sommes rendus à la gare routière de Mo Chit pour prendre nos billets. Pour y aller depuis le centre, c’est aussi très facile : il suffit de prendre le bus 3 depuis le centre touristique jusqu’au terminus (Mo Chit même) ou le MRT (métro) jusqu’à l’arrêt Kamphaeng Phet et marcher  une quinzaine de minutes (dans les 2 cas, le trajet est bien indiqué sur Google Maps).

Une fois au terminal de bus de Mo Chit, il faut chercher les guichets entre 20 et 30 : ils vendent des tickets de bus pour Mae Sot. Nous avons choisi le moins cher, un bus de nuit en 2ème classe pour 290 bahts (8€50). C’est un bus classique, avec 4 sièges (inclinables) dans la largeur et sans toilettes (pour 7-8h de bus avec une pause… pas besoin selon nous). On pouvait aussi choisir la première classe, avec toilettes, et le bus VIP, à plus de 500 bahts/personne (3 sièges en largeur, coussin, couverture, etc). Il y a de très nombreux bus de nuit, inutile de réserver trop en avance ! 2-3 jours en avance suffisait largement pour nous.

Le soir du départ, bonne surprise : il y a des couvertures dans le bus. N’ayant aucun problème à dormir dans les bus, la nuit se passe très bien et on arrive même trop tôt à notre goût à Mae Sot…. Partis à 22h, nous arrivons à 7h. Sur la route, nous avons eu juste un check-point.

Dès la descente du bus, les tuk-tuks proposent de nous emmener à la frontière, à 3-4km de là. Le prix est fixe et non négociable : 50 bahts/personne. Problème : nous n’avons plus que 81 bahts sur nous ! Heureusement, un tuk-tuk accepte bien vite de nous y emmener malgré tout, après avoir tenté d’expliquer que non, nous ne pouvons pas inventer les 20 bahts manquants…

A cette heure là, ça caille vraiment en tuk-tuk ! On arrive congelés à la frontière !

Le passage de frontière Thaïlande-Birmanie

Le tuk-tuk nous dépose juste devant l’immigration. Bye-bye Thaïlande, ce pays pour lequel nous avions beaucoup d’a-priori négatifs (trop de monde, tourisme de masse…) mais que nous avons entièrement adoré ! Nous faisons rapidement tamponner nos passeports (aucun problème de corruption) puis traversons à pied le pont de l’amitié. La lumière, à cette heure-ci, est très jolie ! Les soleil se lève tout juste, faisait disparaître les volutes de brumes au-dessus du fleuve…

Côté birman, nous nous rendons dans le bureau pour les étrangers. Nous sommes les seuls. Nous avons nos e-visas imprimés (coût : 50$ pour 28 jours, à faire sur le site officiel. Réception en 3j max).

Le passage de l’immigration est une formalité : un tampon, avec le sourire et un grand « WELCOME » et, ça y est, nous voilà au Myanmar !! On aime les passages de frontière comme ça ! Notre séjour commence sous les meilleurs auspices.

Un homme parlant bien anglais se tient à la porte et nous interpelle : « où allez-vous ? » « à Moulmein  » « pas de problème, j’ai deux italiennes qui attendent déjà dans une voiture, vous pouvez les rejoindre et partir immédiatement avec elles ». Nickel, c’est exactement ce qu’on voulait ! Le prix, 13 000 kyatts/personne (7€70), est haut (c’est 10 000 normalement, soit 6€) mais nous avons la flemme de négocier… On fera un heureux aujourd’hui ! Nous prendrons un birman dans le coffre pendant le trajet et il paiera bien 10 000 kyatts, directement au chauffeur (qui, lui, ne parle pas anglais).

Nous allons auparavant faire un peu de change. Les banques n’étant pas encore ouvertes, nous allons changer à TTS ou TSS, des bureaux de change reconnus : les 2 sont juste à côté, à une centaine de mètres de l’immigration. Contrairement à ce qu’on verra par la suite, les euros sont à ce moment-là échangeable à un meilleur taux que les dollars… En effet, dans le reste de la Birmanie, les dollars sont échangeables à un meilleur taux que les euros. Mais au final, on est perdants. On aurait eu moins de frais à retirer au distributeur avec nos cartes sans frais (6500 kyatts de frais locaux à chaque retrait, maximum 300 000 kyatts par retrait) !

Bon plan voyage : prenez une carte de retraits et paiements sans frais pour voyager ! Nous avions la carte Max, française et totalement gratuite. Nous en avons été très satisfaits : elle passe partout, n’a pas de frais « cachés », le tchat est très réactif (en français !) et elle est contrôlable en temps réel par l’application (pratique de pouvoir la congeler après chaque retrait pour ne pas se faire pirater !). Bref, un indispensable selon nous ! Mon code de parrainage carte Max : MorganedqiXY 😉

Attention, en Birmanie, les dollars doivent être nickels, neufs si possible ! Le mieux, est de faire le change en Thaïlande, à SuperRich, des bureaux de change verts ou oranges qui n’ont que très peu de frais de change (de l’ordre de 1€ pour 300€ échangés…). En Thaïlande, c’était plus intéressant pour nous de changer des euros en bahts que de retirer au distributeur avec notre carte sans frais (car les frais de retrait imposés par les banques locales sont toujours très élevés). Faites donc le plein de dollars à Bangkok !

De la frontière à Moulmein/Mawlamyine ou Hpa An

Moulmein est le nom donné par les colons anglais à Mawlamyine… Pas facile de prononcer le nom birman de la ville ! La prononciation étant quasiment la même, nous choisissons d’utiliser Moulmein, bien plus facile à retenir.

Il n’y a que 120km entre Myawaddy et Moulmein, mais nous avons besoin de 3h pour nous y rendre. La route est d’abord excellente, puis elle devient totalement défoncée, notamment à cause des nombreux camions qui vont et viennent de la Thaïlande… On est secoué comme jamais et on se dit que c’est d’un 4×4 qu’on aurait eu besoin ! Heureusement, à 45km de Moulmein, elle redevient agréable. A 11h, nous voilà devant notre hôtel, la Breeze Guesthouse. Mais on vous racontera notre séjour à Moulmein dans un prochain article…

Pour ceux qui veulent se rendre à Hpa An, c’est aussi très simple depuis la frontière. Le prix est quasiment le même mais la route est encore plus défoncée : comptez 4h pour faire 130 km !

Et dans le sens Birmanie-Thaïlande ?

Vous devez le deviner… Ce n’est pas plus compliqué ! Tous les hôtels de Hpa An ou Moulmein proposent des transferts jusqu’à la frontière et, côté thaïlandais, des tuk-tuks attendent les clients pour les emmener à la gare routière.

Si on est en overstay en Birmanie, pas de problème : il suffit de payer la somme aux douaniers. En 2019, comptez 3$/pers/jour supplémentaire. Il faut mieux avoir le compte exact et les dollars doivent être nickels. Les douaniers birmans sont vraiment relax !

Morgane

Nous, c'est Toni et Morgane, couple franco-espagnol passionné de voyage. Après 8 mois en Amérique du Sud en 2014, nous sommes repartis début 2017 pour 2 ans et 8 mois de voyage en Asie et Océanie. Un voyage exceptionnel et inoubliable ! Pour en savoir plus, rendez-vous sur cette page "Qui sommes-nous ?" !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimez les cookies ? Nous aussi ! Ce site utilise des cookies pour améliorer et personnaliser votre expérience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.