Au cœur de la culture polynésienne avec le Heiva de Tahiti

Pendant notre (re)passage à Tahiti, nous en avons profité pour assister au Heiva i Tahiti, l’un des événements culturels les plus importants de Polynésie. Ce fut un véritable voyage pour les sens : musique, costumes, chants, couleurs… Nous sommes sortis de la soirée avec des étoiles dans les yeux !

Nous n’allons pas ici vous parler de la visite de Tahiti, que nous vous avons déjà raconté ici. Seul le spectacle compte pour cet article !

Le Heiva i Tahiti a lieu chaque année en juillet. Nous n’avions pas prévu notre voyage en fonction de cet événement mais, quand on a vu que nos dates collaient avec celles du Heiva, on a été super contents !

C’est un événement qui dure 2-3 semaines, pendant lequel des dizaines de groupes de danses et de chants traditionnels concourent. Sont élus les meilleurs groupes de danses (amateurs et professionnels, qui sont en fait des amateurs ayant obtenus le premier prix les années précédentes), de chant, les meilleurs danseurs, costumes, thèmes, musiques, danses etc.

C’est un événement retransmis dans toute la Polynésie française, et accompagné de défis sportifs traditionnels (courses de va’a notamment, les pirogues polynésiennes, ou encore de lancer de javelot, lever de pierres), spectacles cérémoniels (marche sur le feu), mise en valeur de l’artisanat, participation des scolaires… C’est une grande fête populaire !

Toutes les îles de la Société font leur propre Heiva : celui de Bora Bora est très réputé (nous avons pu assister à une répétition), mais aussi celui de Raiatea, de Huahine, de Maupiti… En visitant ces îles en juin, vous tomberez à coup sûr sur les répétitions !

Heiva 2018 : place au spectacle !

Les photos étant interdites pendant le Heiva, celles de cet article ont été trouvées sur la page facebook de l’événement. Les différents groupes étaient Te Ao Uri no Te-Ara-Hi (danse amateur), Natihau (chant), Tamari’i Manotahi (chant) et Ori i Tahiti (danse, professionel) avec les photos par Ariitea D, trouvées sur la page facebook d’Ori i Tahiti.

A cause de notre retard pris en faisant le tour de Tahiti (il y a trop de choses à voir !), nous arrivons à 19h au lieu de 18h. Nous loupons donc le premier groupe de chant. C’est dommage mais ce n’est pas trop grave, il y en a deux autres de prévu !

Nous arrivons donc juste avant le début du spectacle de danse amateur. Ils sont plus d’une centaine sur scène. Le spectacle est très joli mais nous ne sommes pas époustouflés par le niveau, après ce que nous avons vu à Huahine et Bora Bora. Les danseurs ne sont pas tous ensemble, certains ne connaissent visiblement pas tous les pas… Bref, c’est joli mais c’est encore un peu brouillon !

Nous poursuivons avec deux groupes de chant. Nous restons à notre place, au contraire de beaucoup de spectateurs qui ne semblent venir que pour la danse… Dommage, c’est un vrai manque de respect ! Les gradins ne seront d’ailleurs pleins que pour la dernière prestation.

Les chants polyphoniques sont magnifiques. Les deux groupes sont de Tahiti. Quel dommage que nous ne puissions pas comprendre les paroles ! Les chants racontent des histoires et légendes locales, et sont inventés spécialement pour le Heiva.

Voici le premier groupe :

Et le second :

Arrive enfin le dernier groupe : Ori i Tahiti. Ils ont gagné le niveau amateur il y a 5 ans et sont donc passés dans catégorie professionnelle (mais les danseurs ne sont pas professionnels, seul leur chorégraphe l’est !). Dès le début, le ton est donné : on va assister à un spectacle exceptionnel !

De nos yeux d’amateurs, les danseurs sont parfaits, tous bien ensemble, chantant et dansant en y mettant toute leur âme. Leur spectacle est magique et prend aux tripes. Même Toni, qui n’est pas un grand fan de danse, est scotché. On passera une heure dans un autre monde, à admirer les costumes chatoyants, les mouvements parfaits, les chants envoûtants…

Comme pour les groupes de chants, les chansons sont créées spécialement pour le Heiva et racontent une histoire. Otea (danse rythmée par les percussions, plus guerrière) et aparima (danse plus douce, rythmée par la guitare et chantée) se succèdent sous nos yeux émerveillés. Nous qui étions plutôt déçus par le premier groupe, là on se régale !!

Admirez le costume végétal, qui est réalisé uniquement en fleurs et feuilles. Seul un scratch pour tenir la jupe est autorisé : pour le reste, ni fil, ni tissus !

Nous avons appris, 2 semaines après, que c’était le dernier groupe, Ori i Tahiti, qui avait gagné le grand prix du Heiva 2018 ! Et on peut dire qu’ils ont quasiment tout raflé : prix du plus beau costume végétal, celui du meilleur danseur, celui des meilleurs compositeurs, du meilleur pa’o’a hivinau, du meilleur ra’atira ti’ati’a et enfin, du meilleur aparima. On était donc bien tombé !

Quelques conseils pour assister au Heiva i Tahiti

Certaines soirées sont très courues (celles des groupes gagnants notamment) et il faut acheter ses places dès l’ouverture de la billetterie si on veut être bien placé. Pour ça, rien de difficile, il suffit de les acheter en ligne (c’est ce qu’on a fait, 2 semaines avant la représentation, 100f/place de supplément). On peut aussi les acheter à la Maison de la Culture ou sur le lieu du Heiva.

On a le choix entre les places sur le côté (2000f) ou celles de face (3000f) : malgré le prix plus élevé, si c’était à refaire, on prendrait celles de face sans hésiter pour profiter pleinement du spectacle ! Celles sur le côté sont bien mais l’action se déroule souvent face à la tribune principale…

Choisir une place en haut ou en bas ? C’est selon ce qu’on préfère. Du haut, on observe mieux l’ensemble et les formations de groupe, alors qu’en bas on est plus près des danseurs et on remarque mieux les détails… Chacun a ses avantages ! Nous on était au milieu et c’était très bien.

La soirée se partage en général en 5 groupes : 2 ou 3 de chants et 2 ou 3 de danses. Le mieux, selon moi, est de choisir une soirée avec 2 groupes de chant et 3 groupes de danse. Nous, nous avions une soirée avec 3 groupes de chant et 2 groupes de danse. Nous avons raté le premier groupe de chant car nous étions en retard. Le chant, c’est magnifique, mais c’est parfois un peu longuet… La danse est beaucoup plus impressionnante !

Pas la peine de prendre son appareil photo pour le Heiva i Tahiti : les photos sont absolument interdites ! Pareil pour la nourriture, qu’on a normalement pas le droit de manger à sa place (mais dans l’enceinte du Heiva, oui, il y a plein de nourriture à vendre à petit prix) !

Bon spectacle !

Voici tous les articles de notre blog voyage sur la Polynésie Française, où nous avons passé 5 semaines :

🖤 Itinéraire, budget et bilan de notre voyage en Polynésie Française

good to know !

Le 5 juillet 2018 - 1€ = 119,84 francs Pacifique

Heiva i Tahiti

2000f/pers

2000f en tribune sur le côté, 3000f de face

Morgane

Nous, c'est Toni et Morgane, couple franco-espagnol passionné de voyage, Après 8 mois en Amérique du Sud en 2014, nous avons repris la route le 1er janvier 2017 pour un voyage sans billet retour ! Pour en savoir plus, n'hésite pas à venir faire un tour sur notre page "Qui sommes-nous ?" !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez les cookies ? Nous aussi ! Ce site utilise des cookies pour améliorer et personnaliser votre expérience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.