La sécurité en Amérique du Sud

Voyageur, tu pars bientôt en Amérique du Sud… et ta maman s’inquiète beaucoup pour ta sécurité ! (en tout cas, les nôtres l’étaient !) Vols avec violences, règlements de comptes, gangs, trafics en tout genre… Le continent a bien mauvaise réputation. Pourtant, c’est possible de voyager sans soucis : nous n’en avons eu aucun en presque 8 mois. Voici quelques conseils, testés et approuvés sur le terrain !

Crédit photo de couverture : le blog de voyage très complet A-contresens, avec un planificateur utile pour organiser son voyage selon le budget, la saison…

Quels sont les risques ?

Avant de partir, tu dois savoir à quoi t’attendre. La mauvaise réputation de l’Amérique du Sud est en partie justifiée et les témoignages de touristes ayant eu leurs sacs volés ou agressés en pleine rues sont assez fréquents. Les campagnes sont plutôt safe, mais les villes, c’est une autre histoire…

Les vols ont souvent lieu dans les endroits fréquentés : gares routières, rues piétonnes par exemple. Les ladrones sont plus ou moins discrets : des simples pickpockets aux voleurs de gros sacs à dos, en passant par les coupeurs/arracheurs de sacs à lanières fines…
De notre côté, en réfléchissant bien, on a eu une tentative de vol assez inattendue, en tente à Ushuaïa… Sacrés renards, plus de peur que de mal !

Les agressions (sous la menace d’un couteau, d’une machette ou même d’une arme à feu) ont plutôt lieu dans les rues peu fréquentées (mais pas toujours), de jour comme de nuit.
En cas d’agression, UNE SEULE RÈGLE : ne pas résister et donner les sacs sans hésiter. Selon les locaux avec qui nous avons parlé, les agressions sont souvent faites par des drogués qui ne reculent devant rien pour avoir des sous et acheter leurs doses et n’hésitent pas à tirer/tuer s’ils rencontrent une résistance…

Ce conseil a été tristement illustré alors qu’on habitait à Mendoza depuis 2 mois : un touriste australien a été tué de 2 balles dans un parc fréquenté, en plein après-midi, parce qu’il a résisté lorsque 2 personnes ont tenté de lui arracher son sac à dos…

Les tentatives d’arnaques sont présentes partout mais apparemment plus fréquente au Pérou. On n’en a jamais rencontré. Les modes opératoires sont souvent les mêmes : quelqu’un de sympathique, qui aborde un voyageur isolé dans la rue, qui parle bien français/anglais, qui dit avoir vécu en France pendant longtemps… La suite varie selon les arnaqueurs : faire du change (avec des faux billets bien sûr), emmener le voyageur dans un bar complice pour le faire consommer, lui faire acheter des choses, etc. Au moment de régler, le voyageur s’aperçoit que les prix sont 10 fois supérieurs à la normale mais trop tard, il doit payer ! Dans tous les cas, la méfiance du voyageur est endormie par des belles paroles. Donc, sans devenir parano non plus, il faut bien faire attention à qui on accorde sa confiance en Amérique du Sud !!

Voyageur, avant le départ, enregistre-toi sur Ariane si tu es français. Ça permet au Ministère des Affaires étrangères de savoir qui voyage où et à quel moment et c’est bien utile en cas de catastrophe naturelle par exemple !

Quelle attitude adopter au quotidien ?

Pour faire baisser les risques, quelques gestes simples à adopter ! Garde à l’esprit que la peur est plutôt une bonne chose car, en général, les soucis arrivent quand on prend trop confiance en soi. Alors ÉCOUTE-TOI, reste toujours vigilant et fais confiance à ton instinct ! 😉 Si tu ne sens pas cette rue ou cette personne, ne va pas plus loin…

Crédit photo

Mets en sûreté tes papiers et cartes de crédit :
Transporte passeports, cartes de crédit et cash dans une pochette ventrale, de ce type. En cas de vol des sacs, tu ne perdras pas le plus précieux !
Ne sors qu’avec des petites sommes et une copie de tes papiers sur toi : laisse les originaux, le reste des sous et l’électronique de valeur dans un coffre ou à la réception de l’hostel (surtout pas dans le dortoir, trop de risques de vols !).
– Avant ton départ, scanne tous tes papiers et envoie-les toi par mail. C’est tout simple et ça facilitera grandement les démarches en cas de perte-vol de papiers au cours du voyage (normalement, ça ne devrait pas arriver avec les conseils de cette page, mais on ne sait jamais 😉 )…
– Toujours avant ton départ, garde un récapitulatif des numéros importants dans ta boite mail et dans ta pochette ventrale magique : n° pour faire opposition à la banque, n° de l’assurance (vol et santé), n° pour bloquer la ligne téléphone, n° du consulat français du pays, n° des proches à prévenir (quand on se fait voler son téléphone et qu’on ne connait pas les numéros par cœur, on a l’air malin !), etc. Idem que pour le conseil précédent, c’est du stress en moins si jamais ça arrive ! (Merci Camelia pour ce conseil !) 

N’attire pas l’attention :
– Ne montre pas de signes extérieurs de richesse : oublie bagues, colliers, boucles d’oreilles, montres, etc quand tu es en ville. Pour les alliances, c’est une bonne solution d’en faire en toc avant le départ !
Si tu as besoin d’un téléphone local, utilise un vieux portable et sors le moins possible ton smartphone.
Ne sors pas l’appareil-photos reflex en ville (pas facile parfois !). Un compact est beaucoup plus discret…
Change la lanière d’un appareil photo coûteux (comme le Canon EOS 7D que nous avions, avec une belle lanière « Canon EOS » qui se voit à 3km à la ronde) par une lanière banale, noire, beaucoup plus discrète.
Range l’appareil photo dès que la photo a été prise (le sac bandoulière est très pratique car facile d’accès).

touriste
Touriste incognito, ni vu ni connu…

Évite les vols :
Sors en ville avec un sac bandoulière « passe-partout ». Pourquoi ? Parce que le sac bandoulière à l’avantage d’être devant soi, il est donc facile à surveiller. Il fait aussi moins « touriste » qu’un sac à dos. L’idéal ? Le choisir avec une fermeture éclair et une lanière épaisse, qui ne puisse pas être arrachée ou coupée facilement.
Au restaurant ou dans un bar, garde ton sac sur tes genoux et ne laisse pas téléphone et appareil-photo sur la table. Il est tellement facile de s’en emparer et de partir en courant…
Ne pose JAMAIS tes sacs par terre dans les endroits fréquentés (type gares routières). Nous avons rencontrés des dizaines de voyageurs s’étant fait voler alors qu’ils avait posé leur sac l’espace d’une minute, le temps d’acheter un billet de bus… La gare de Retiro, à Buenos Aires, est tristement célèbre pour les sacs qui disparaissent dans la nature en moins de 2 secondes !
Redouble de vigilance si quelqu’un vient te parler dans une gare routière, alors que tu es en train d’attendre ton bus (même si c’est une petite mamie qui à l’air inoffensive) : les voleurs sont organisés en bandes et la techniques classiques est d’attirer ton attention pendant qu’un complice part avec ton bagage…
Si tu dois vraiment poser tes sacs, attache-les avec un antivol : nous avions un câble en acier fin, assez long (1,50-2m), avec 2 boucles aux extrémités mais un antivol léger (mais long) fera aussi l’affaire. Il suffit de passer l’antivol dans les lanières de tous les sacs, de l’attacher à quelque chose si possible et de verrouiller le tout, à laisser bien en vue pour dissuader d’éventuels voleurs. Ça permet de se poser l’esprit tranquille dans une gare routière entre 2 bus !
– Garde un œil sur les soutes aux arrêts des bus : les vols sont réguliers à ce moment là, surtout au Pérou et en Bolivie ! Si vous êtes deux, le mieux c’est qu’il y en ait un qui sorte à ce moment là (d’où l’intérêt d’avoir un copain, surtout quand le bus s’arrête à 3h du matin ! 😉 )

Humahuaca, un petit village d’Argentine, une des seules gares routières où on a osé prendre des photos… Plutôt tranquille !

Préviens les agressions :
– PREMIÈRE CHOSE à faire en arrivant dans une ville : renseigne-toi à l’office de tourisme ou à l’hostel sur les endroits qui craignent et les quartiers à éviter. Et évite-les 😉
Ecoute les locaux : bien souvent, ils t’arrêteront si tu vas dans une rue qui craint.
Garde toujours une petite somme d’argent (5-10€) ou un faux porte-monnaie dans une poche facile d’accès, à donner en cas d’agressions. Ça suffira peut-être à l’agresseur…
Prends un taxi la nuit, même pour une petite distance.

Bien sûr, cette liste de conseils est entièrement basée sur notre expérience ! N’hésite pas à nous dire si tu penses à quelque chose d’autre ! Et surtout, pas de parano démesurée, l’énorme majorité des Sud-américains est adorable et veut faire changer l’image de leur continent ! Fais du couchsurfing, du stop, rencontre les locaux qui te feront adorer leur pays !

Fais du stop !

Voyager en Amérique du Sud, risqué pour une fille seule ?

Après quasiment 8 mois en Amérique du Sud, voici mon ressenti personnel : je voyagerai seule sans inquiétude sur ce continent. Si on met à part les risques d’agressions et de vols, je ne pense pas que ça soit plus risqué pour une femme seule de voyager en Amérique du Sud qu’en Europe. Et, dans le cas d’une agression ou d’un vol, les agresseurs ne font pas la différence entre homme et femme… La seule chose à laquelle une femme devra s’habituer, ce sont les sifflets dans la rue… Les Sud-américains aiment les femmes et le font savoir plus ou moins bruyamment mais n’iront pas plus loin. Dans leur très grande majorité, les locaux sont bienveillants, très respectueux et n’hésitent pas à choyer les touristes (et encore plus une jeune femme seule !).

En partant seul(e), tu ne le resteras pas longtemps avec toutes les rencontres en cours de route ! Il y a tellement de voyageurs solo en Amérique du Sud qu’il est très facile de rencontrer du monde… Alors n’hésite plus, vas-y, tu ne le regretteras pas !!! 🙂

Morgane

Nous, c'est Toni et Morgane, couple franco-espagnol passionné de voyage, Après 8 mois en Amérique du Sud en 2014, nous avons repris la route le 1er janvier 2017 pour un voyage sans billet retour ! Pour en savoir plus, n'hésite pas à venir faire un tour sur notre page "Qui sommes-nous ?" !

6 commentaires

  1. très bon récapitulatif.
    j’ ajouterai : faire un listing avec les n° de tel à appeler ou adresse à contacter en cas de vol ( opposition carte bancaire, annulation carte SIM, assurance pour déclaration, adresse consulat…) quand cela arrive, c’ est déjà le stress alors si on a anticipé, ça aide.
    dans mon cas à Lima, vol du sac à mais dans la salle d’ attente VIP de gare routière( Cie Oltursa). nous étions 4 dans une salle bien fermée de 20m2, j’ ai posé ce sac près de moi, les dernières minutes avant de quitter la salle.
    personne ne s’ est approché de moi et mon siège était contre un mur.et hop !en 5 mn, plus de sac ! adieu argent, passeport, tel, carte de crédit…..
    je n’ ai pas compris comment ils ont pu faire.
    la Cie n’ a pas voulu vérifier sur les caméras de surveillances présente, la police non plus. corruption omniprésente, dixit les Péruviens.
    30 ans de voyages et c’ est la 1° fois.
    oui, l’ Amérique du sud .. Vigilance maxi.

    • Quelle histoire… 🙁 Nous on avait pris Ormeño, qui est le même style de compagnie et, comme le départ était prévu à 4h du matin, on a passé la nuit dans leur salon VIP (qui était bien nul d’ailleurs, sans électricité). Mais même s’il était verrouillé et qu’on était seul, on avait passé notre antivol magique dans les sacs… La corruption ne m’étonne pas, les policiers devaient être dans le coup, c’est bien triste… Dans tous les cas merci pour ton conseil, je l’ai ajouté à la liste 🙂 C’est vrai que c’est super utile d’avoir les numéros sur soi, moi ça m’avait servi pour appeler l’assurance santé avant d’aller chez le médecin ! 0 stress, pas besoin de chercher un ordi pour avoir toutes les infos, il suffit de sortir son papier !

  2. Merci Morgane, je pense que l’essentiel est là. Je voyagerai seule cinq mois en Amérique du Sud et étant une grande blonde le côté harcèlement et sécurité sont les seules choses qui me fait flipper. Je serai donc vigilante. L’antivol ça les fait renoncer tu penses? J’aurais tendance à penser que le sac a encore plus de valeur en voyant ça…

    • Bonjour Laurence ! Ne t’inquiète pas, il y a beaucoup de femmes qui voyagent seules en Amérique du Sud… Et, au Brésil, en Argentine et au Chili, la majorité de la population est de type « européen », donc tu ne seras pas la seule blonde ! Les sudaméricains aiment les femmes et le font savoir (sifflements) mais ils sont respectueux. Pour l’antivol sur le sac, je ne pense pas que ça soit une preuve de valeur particulière : là-bas, n’importe quel sac de gringo a de la valeur pour les voleurs, antivol ou pas ! On ne le sortait que lorsqu’on posait les sacs par terre, et on le laissait bien en vue pour dissuader les voleurs. ça les fait forcément renoncer puisque ça signifie qu’ils ne peuvent pas emporter les sacs !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez les cookies ? Nous aussi ! Ce site utilise des cookies pour améliorer et personnaliser votre expérience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.