Choisir une assurance voyage : notre expérience

Voyager, c’est bien beau… Quand tout va bien ! Mais parce qu’un pépin à l’autre bout du monde peut survenir à tout moment, mieux vaut assurer ses arrières et avoir une bonne assurance voyage ! Voilà notre expérience, après quelques années de voyage au long cours.

Cet article s’inscrit dans la continuité de ceux que nous avons déjà réalisé sur la préparation au voyage. N’hésitez pas à aller faire un tour sur nos autres articles sur le sujet :

Une assurance voyage, c’est vraiment utile ?

Lorsqu’on a commencé à « sérieusement » voyager, en 2014, nous avons découvert qu’une bonne assurance voyage était indispensable. Si on part pour une courte durée, on est en général couvert par son assurance de carte bancaire (à vérifier avant le départ car toutes les cartes n’offrent pas des garanties identiques). Mais, quand on part pour quelques mois ou pour un tour du monde, on arrête de cotiser à la Sécurité Sociale (qui s’arrête en théorie après 12 mois hors de France) et surtout, à une mutuelle. Or, sans ce combo gagnant, s’il nous arrive quoi que ce soit en voyage, point de remboursement !

On peut être joueur et se dire « ça va, en France je ne suis jamais malade, pas besoin d’une assurance santé en voyage ! ». De un, en voyage, on est beaucoup plus vulnérable : nouvel environnement, stress, expositions à des bactéries inconnues, prises de risque sportives… Notre expérience en Amérique du Sud en 2014 nous l’a montré, les probabilités de tomber malade sont tout simplement plus élevées !

Et, de deux, en cas de pépin, on peut le payer très, très cher… Par exemple, dans beaucoup de pays, un rendez-vous chez le médecin se compte en centaines d’euros, une journée d’hospitalisation en milliers d’euros, et un rapatriement minimum 25 000€. Et sans assurance, pas de pitié, on ne vous soignera pas, même si vous êtes à l’article de la mort !! Alors, est ce que le jeu en vaut vraiment la chandelle ?!

Pour nous, clairement pas ! Payer quelques dizaines d’euros par mois contre la garantie d’être soigné en cas d’urgence est indispensable pour voyager tranquille…

Pour achever de vous convaincre, un petit exemple concret : en Asie, beaucoup de voyageurs font du scooter, souvent sans expérience. Même si on se sent invincible, un accident est très vite arrivé. Si vous vous faites renverser par quelqu’un (qui n’aura pas de responsabilité civile, forcément), tous les soins seront pour votre poche. Et le compteur tourne vite, très vite. Si une petite entorse peut coûter quelques centaines d’euros, la note pour un accident de scooter est souvent en milliers d’euros. Or, sans assurance voyage, les options sont :

  • Avoir un compte en banque très bien fourni
  • Demander des sous à ses proches
  • Ouvrir un crowdfunding si les proches n’ont pas assez de sous
  • Mourir (sans exagérer)

De quoi faire regretter une assurance voyage à quelques dizaines d’euros par mois qui aurait tout pris en charge, non ?

Quelle assurance voyage choisir ?

Les articles sur les assurances pour un tour du monde ne manquent pas… Un voici un de plus, avec notre expérience 😉

Petit rappel : nous sommes partis depuis début 2017, en commençant avec 3 mois ½ en Asie, puis 1 an en Nouvelle-Zélande en Permis Vacances Travail et enfin un voyage à durée indéterminée entre l’Océanie, les îles du Pacifique et l’Asie.

 

Dans le monde de l’assurance voyage et PVT, il y a quelques poids lourds et d’autres entreprises moins connues mais tout aussi efficaces. J’ai ainsi découvert AVA Assurances et leurs avis positifs. Ce que j’ai trouvé en ligne m’a bien plu : une entreprise familiale, à taille humaine, fondée par le père des dirigeants actuels (qui sont donc frères). Ils travaillent depuis le début avec AIG, un assureur mondialement connu. De plus, j’ai fais le test de les contacter depuis l’étranger, ils étaient réactifs (ils sont joignables par téléphone, e-mail et Skype). Un indispensable quand on est en voyage !

Côté garanties, nous avions deux impératifs absolus :

  • être couverts à scooter, même sans le permis moto (le permis moto espagnol de Toni s’est périmé en voyage et c’est très compliqué de le refaire à l’étranger) ;
  • être couverts en faisant de la plongée, car nous avons notre Advanced Open Water.

Avec Ava et leur plan Avantures, pas de soucis, nous étions couverts sur ces deux points ! Pour 44€/mois (tarif dégressif en couple), les garanties couvrent exactement ce dont on avait besoin :

  • des plafonds plus élevés que ceux des autres assurances en cas d’hospitalisation (300 000€ avec Ava contre 200 000€ avec Chapka et 150 000€ avec ACS)
  • les soucis dentaires couverts à hauteur de 300€
  • un billet d’avion A/R en cas de décès d’un proche
  • le tiers-payant pour les gros soins (= pas besoin d’avancer les sous en cas de grosse dépense, même sans hospitalisation)
  • envoie des documents justificatifs par e-mail pour les remboursements de moins de 300€
  • responsabilité civile à hauteur de 4,5  millions d’€
  • assurance bagages de 2000€
  • et ils n’hésitent pas à soutenir des projets de voyage comme le nôtre !

Bilan : on n’a pas encore eu l’occasion de mettre notre assurance à l’épreuve (on touche du bois !) mais on actualisera la page avec notre avis si ça doit arriver ! Mais ne nous le souhaitez pas 😉

En plus de ça, pour les PVT (permis vacances-travail) et étudiants, ils ont le contrat GobyAva qui est parfaitement adapté (et qui comprend même une indemnité journalière en cas d’hospitalisation !)

Vous êtes déjà en voyage ? Beaucoup d’assurances n’acceptent pas d’assurer les personnes qui sont déjà parties (ou alors avec une période de carence). En revanche, ça ne pose pas de soucis avec Ava Assurances !

Quelques conseils pour toutes les assurances voyage :

  • Dès que vous souscrivez à une assurance, envoyez-leur un mail pour leur demander les procédures de remboursement détaillées. En général, on avance les sous pour le médecin, alors que dans le cadre d’une hospitalisation, l’assurance prend tout en charge. En cas de pépin, vous n’aurez pas à penser à ça !
  • S’il y a des formulaires à faire remplir (ça sera sûrement le cas), imprimez-en 2 ou 3 d’avance
  • Enregistrez les numéros d’urgence dans votre téléphone et laissez une carte avec les coordonnées de l’assurance dans votre portefeuille
  • Sur votre compte bancaire, ayez un « coussin de sécurité » d’au moins 1000€ en cas de pépin. Dans beaucoup de pays, les frais de médecins, d’examens et de soins peuvent dépasser les 1000€, même sans hospitalisation. L’hôpital vous demandera de régler vous-même les frais alors que l’assurance ne vous remboursera que par la suite (sauf si votre assurance pratique le tiers-payant pour les gros soins, comme Ava !). Mieux vaut anticiper cette éventualité !

Et vous, quelle assurance avez-vous choisi ? En êtes-vous satisfaits ? N’hésitez pas à partager vos avis !

Cet article a été écrit dans le cadre d’un partenariat. Les opinions et choix rédactionnels de cet article nous sont propres.

Morgane

Nous, c'est Toni et Morgane, couple franco-espagnol passionné de voyage, Après 8 mois en Amérique du Sud en 2014, nous avons repris la route le 1er janvier 2017 pour un voyage sans billet retour ! Pour en savoir plus, n'hésite pas à venir faire un tour sur notre page "Qui sommes-nous ?" !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *