Dans la folie de São Paulo

Dans le dernier épisode, nous quittions Curitiba après une introduction brésilienne plus que réussie… Quelle différence après la froideur des boliviens ! Le Brésil est une étape que l’on a adoré, et c’est aussi grâce à la famille de Jaque (qui était en échange avec moi à Mendoza, en Argentine) qui nous a accueilli avec chaleur à São Paulo.

Une première impression mitigée

Nous arrivons en voiture avec le père d’Isabella en début de soirée. Etant originaire de São Paulo, il connait la ville comme sa poche et nous fait directement une visite guidée by night du centre-ville, immense. Tentaculaire, gigantesque, qui donne le tournis… Les qualificatifs ne manquent pas pour São Paulo, plus grande ville brésilienne avec plus de 11 millions d’habitants ! Mais un malaise émerge devant les groupes de SDF drogués au pieds des gratte-ciel luxueux. Même si, en 7 mois de voyage, nous avons vu énormément de scène pauvreté, le contraste n’a jamais été aussi fort… Les voitures qui ne s’arrêtent pas aux feux rouges pour éviter les agressions n’aident pas à évaporer notre malaise.

Heureusement, après un petit trajet en métro, nous arrivons chez Jaque et rencontrons toute sa famille. Changement total d’ambiance ! Jaque habite Cidade Patriarca, un quartier populaire plein de vie, où ça joue dehors, ça crie, ça s’interpelle d’une maison à l’autre… Très vite, on fait la connaissance de toute sa famille, ses nombreux frères et sœurs, ses parents, ses cousines, Jesus le chat (si si ! Imaginez « Jesus, vient manger ! Jesus, t’es où ? » en criant…), Charlie, un Suisse arrivé un mois auparavant en louant une chambre pour le Mondial et qui n’est jamais reparti… Une vraie auberge espagnole ! Sa famille, bien qu’ayant déjà mangé, nous a commandé des pizzas : encore une preuve que l’accueil brésilien est vraiment incroyable !

Une première journée sous le signe de la nourriture

Le lendemain, malgré la pluie incessante, nous allons faire un tour en famille au marché local. Après plusieurs semaines de riz-patate-poulet (merci la Bolivie et le Pérou !), c’est un régal pour les yeux et les papilles !! Maracuja (fruits de la passion), papayes, mangues, goyaves, caramboles, citrons, ananas, avocats, bananes, oranges, chuchu, maxixi, manioc… Dans ce quartier où il n’y a aucun touriste, les vendeurs nous interpellent et nous font tout goûter ! Bien sûr, on ne se fait pas prier !

De retour chez Jaque, nous passons la journée à cuisiner des plats typiques : la toujours divine mousse de maracuja, bolo de fuba cremoso, feijoada, tapioca, brigadeiro, beijinho… Un délice ! Puis nous terminons cette bonne soirée avec des caipirinhas à la fraise et du quentão. Nous adorons réellement ce pays !! Nous faisons également une petite balade vers le stade de São Paulo, tout proche. De nombreux graffitis réalisés à l’occasion du Mondial décorent la promenade, qui aurait été plus agréable sans la pluie incessante !

Petit lexique culinaire :
Mousse de maracuja : une brique de lait condensé, une brique de crème fraîche, 2 fruits de la passion et hop, le tour est joué ! Très simple et très bon !
Bolo de fuba cremoso : « gâteau crémeux à la farine de maïs ». En plus de ça, de nombreux autres ingrédients dont du parmesan. On ne pensait pas que ça pouvait si bien se marier avec du sucré. Un délice au final.
Feijoada : le plat national, le plus populaire. Il se compose de viande de porc, d’haricots rouges, de riz, de farofa (farine de manioc), de chou et d’oranges. Le cassoulet à la brésilienne, servi absolument partout. C’est très bon et avec ça, on n’a pas faim pour le reste de la journée…
Tapioca : des galettes de farine de manioc sucrées ou salées à manger sur le pouce. On aime particulièrement celles au fromage et au combo lait concentré-noix de coco !
Brigadeiro : du lait concentré du chocolat. Tout simplement. On mélange le tout dans une casserole et, soit on fait comme nous et on mange directement sans attendre, ou soit on suit la recette jusqu’au bout et on fait de petites boules qu’on roule dans des crottes en chocolat.
Beijinho : la même chose que le brigadeiro sauf qu’on remplace le chocolat par de la noix de coco. Une tuerie !
Caipirinha : LE cocktail brésilien, servi partout ! Composé de cachaça, le rhum brésilien, sucre de cassonade, citron vert et menthe. Très bon mais très traître ! Nous sommes particulièrement fans de la version aux fruits de la passion.
Quentão : « chaud ». C’est l’équivalent de notre vin chaud, sauf que l’on remplace le vin et la cannelle par de la cachaça, des clous de girofle, du gingembre, du citron vert et du sucre de cassonade. On laisse mijoter le tout et c’est prêt ! Un délice !

Vous l’avez compris, nous avons réellement adoré la nourriture locale ! On complétera cette liste dans les prochains articles…

Balade dans São Paulo

Nous profitons du temps qui est légèrement mieux pour aller nous balader dans le centre, ce centre dont nous avions eu une image assez négative le premier soir. En plein jour, l’ambiance est totalement différente : les rues grouillent de monde, tout est ouvert et c’est beaucoup plus rassurant. São Paulo est décidément une ville unique, avec ses petits édifices historiques au milieu des immenses gratte-ciel ! Nous découvrons la belle Catedral da Sé, le Pátio do Colégio, ancienne mission jésuite et bâtiment fondateur de la ville, le classique Teatro Municipal inspiré de l’Opéra de Paris, la large Avenue Paulista (les Champs Elysées locaux), le luxuriant Parc Trianon à 2 pas (en fait un reste de forêt primaire, une véritable jungle !), le curieux Musée d’Art suspendu, l’original Copan en forme de vague conçu par Oscar Niemeyer (il est partout !), l’Edificio Martinelli, plus vieux gratte-ciel d’Amérique Latine, le magnifique Centro Cultural Banco do Brasil… Le mélange des styles entre ancien et moderne, nature et ville, est présent à chaque coin de rue et fait de São Paulo une ville très intéressante !

Nous prenons de la hauteur en montant en haut de la tour Altino Arantes/Banespa, un gratte-ciel qui ressemble curieusement à l’Empire State Building new-yorkais. La vue, à 360° et 160m de hauteur, est spectaculaire ! Nous en profitons également pour monter à la tombée de la nuit en haut de l’édifice Italia, le 2ème plus haut de São Paulo, culminant à 168m. Le restaurant en haut est normalement accessible gratuitement à certaines heures en semaine, mais nous n’étions pas dans le bon timing et on nous demandait 30 R$ (10€) pour accéder au sommet… Pas question de payer autant !! Après avoir rebroussés chemin à l’entrée du restaurant, nous avons poussés certaines portes et nous nous sommes retrouvés dans des couloirs menant à des bureaux avec de grandes fenêtres donnant sur la forêt de gratte-ciel. A la tombée de la nuit, l’effet est spectaculaire !

Nous avons aimé les contrastes et l’énergie de São Paulo mais nous n’y serions pas restés plus longtemps… Au final, c’est surtout grâce à Jaque et à sa famille que nous avons apprécié notre séjour dans cette ville ! Muito obrigado !!

Infos pratiques : du 12 au 15 août 2014 (1€ = 3 R$)
– Curitiba-São Paulo : en voiture avec le père d’Isabella
– Pas de visites payantes à São Paulo
– Accès au sommet de la Tour Banespa : gratuit mais il peut y avoir beaucoup de queue apparemment… Nous n’avons pas attendu du tout.
– Accès au sommet de l’Edificio Italia : gratuit en semaine, dans l’après midi (entre 15 et 16h apparemment). Nous ne sommes pas venu pendant ce créneau mais nous avons quand même réussi à avoir de belles vuess depuis le sommet, comme expliqué plus haut…
– São Paulo-Paraty : 5h40, 54 R$/pers avec Reunidas Paulista, la seule compagnie qui fait le trajet.

Morgane

Nous, c'est Toni et Morgane, couple franco-espagnol passionné de voyage, Après 8 mois en Amérique du Sud en 2014, nous avons repris la route le 1er janvier 2017 pour un voyage sans billet retour ! Pour en savoir plus, n'hésite pas à venir faire un tour sur notre page "Qui sommes-nous ?" !

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez les cookies ? Nous aussi ! Ce site utilise des cookies pour améliorer et personnaliser votre expérience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.