Les Samoa : un super Helpx à Lalotalie

Après 2 semaines à vadrouiller sur Upolu et Savai’i, les 2 îles principales des Samoa, nous avons décidé de nous poser dans un volontariat, un Helpx, les derniers jours. C’est comme ça que nous avons atterrit chez Jane et Olsen, un couple samoan-kiwi en or ! Notre séjour à Lalotalie aura été notre meilleur souvenir des Samoa !

Nous logeons donc à Falease’ela, chez Jane et Olsen. Olsen est matai, ou chef de village. Avec sa femme Jane, néo-zélandaise, et leur fille Coco, ils ont une petite entreprise d’éco-tourisme, Lalotalie ECAT Ventures. Ils organisent (entre-autre) des balades le long de la rivière, à la découverte de cascades plus impressionnantes les unes que les autres.

Nos missions en Helpx aux Samoa

Ils ont décidé de nous accueillir car ils avaient besoin d’un nouveau site web et, comme Toni est développeur web, notre demande de Helpx tombait très bien ! Le rythme de travail était très tranquille : on travaillait 2h le matin (moi à faire du ménage principalement, Toni sur l’ordi), puis c’était l’heure de faire une bonne pause et de manger.

L’après-midi, Toni bossait un peu plus pendant que je jouais au Uno avec Coco et sa copine Mercy. On allait ensuite tous nous baigner dans la rivière à 3m de notre fale ou nous balader dans le village, avant de revenir pour de longues discussions le temps du dîner, qui se prolongeaient parfois autour de quelques bières…

Le dimanche, on ne bossait pas, le samedi non plus car ils recevaient des amis… On a eu bien pire comme rythme ! Mais Toni n’a pas pu faire le site en si peu de temps et continue donc de bosser avec eux même si on est partis. Tout le monde s’y retrouve !

Nous avons été vraiment heureux de travailler pour des personnes comme Jane et Olsen, qui sont passionnées par ce qu’elles font et essayent de rendre le monde meilleur. Grâce à leurs randonnées le long de la rivière et autour de la péninsule de Falease’ela, ils financent des programmes de replantation de la mangrove et de protection des oiseaux locaux. Jane est également auteure et écrit des livres pour enfants sur le thème de la protection de la biodiversité samoane. Chapeau !

Les responsabilités des matai

Olsen, samoan né en Nouvelle-Zélande mais ayant décidé de revenir vivre aux Samoa il y a plus de 25 ans, nous a appris plein de choses sur la culture samoane. En tant que matai, chef de village, il est chargé, avec les autres matai, de s’assurer que toute la communauté, le village, vit en harmonie. La société samoane a un fonctionnement encore très traditionnel : ce sont les matai qui gèrent les problèmes du village (les vols par exemple, même s’ils sont très rares, ou les diputes). Ici, la police n’intervient qu’en dernier recours.

De 18 à 19h, vous ne verrez personne dans les rues : c’est l’heure de la prière et du repas, avec le couvre-feu sonné à la trompette (ou au coquillage comme c’était fait avant). Gare à celui qui est encore dehors ! Il recevra une amende du matai ! Si on a mangé chez des amis, on peut rentrer chez soit avant 21h30. A cette-heure là, un deuxième couvre-feu est sonné. Après ça, interdiction absolue d’être dehors (où alors il faut avoir une vraie bonne excuse !). Aaah, le poids de la religion… Les missionnaires ont bien réussi leur mission ! Mais au moins, il n’y a pas de gens bourrés dans les rues. Toni a même eu le privilège de sonner le couvre-feu avec un coquillage !

Autre curiosité : tout est très codifié. Ainsi, on devient matai après avoir été choisi par les anciens pour sa sagesse. On n’a pas immédiatement les « pleins pouvoirs » : il faut d’abord faire ses preuves lors des réunions de matai. En devenant matai, on ne peut pas faire certaines choses, comme par exemple préparer un umu, un four traditionnel. Pour manger l’umu, le matai, sa famille et ses invités mangent d’abord, puis les autres ensuite.

C’est un mode de fonctionnement complexe qu’on a adoré découvrir grâce à Olsen ! Il était vraiment l’interlocuteur idéal pour ça car l’anglais est sa langue maternelle et il connait la manière de penser « occidentale ». Il n’était surpris par aucune de nos questions et nous a toujours longuement (très longuement !) répondu lors de longues discussions dans la cuisine. Une vraie rencontre en or !

La randonnée des cascades avec Lalotalie

Le samedi, Olsen et Jane recevaient des amis de Nouvelle-Zélande. On a eu la chance de pouvoir faire une petite partie du parcours le long de la rivière, qui dure normalement 5-6 heures (A/R, avec beaucoup de temps de baignade et de saut). De cascade en cascade, on a sauté de 9m ! Moi qui ne suis d’habitude pas particulièrement emballée par les cascades, j’ai adoré cette marche ! On a l’impression d’être un vrai Indiana Jones et on doit repousser nos limites pour sauter de toujours plus haut ! Un seul regret : ne pas avoir fait la balade en entier pour atteindre la dernière cascade, où on peut sauter de 22m !!

Si je me rappelle bien, cette rando guidée coûte normalement 90 talas avec repas (~30€) et les vaut largement si on aime la nature et les sensations fortes ! Un conseil : si, comme moi, vous portez des lunettes, mettez des lentilles. Avec la chaleur ambiante et la fraîcheur (toute relative) de l’eau, c’était un enfer car mes lunettes se recouvraient de buée toutes les 5min !

On vous recommande fortement de passer 2 ou 3 nuits chez eux pendant vos vacances aux Samoa, ça sera un des meilleurs souvenirs, c’est sûr ! La nuit dans un de leurs beaux fales coûte 100 talas/personne en demi-pension, un prix classique pour les Samoa. Olsen est toujours ravi de pouvoir partager sa culture (attention, il est très bavard) et Jane, si elle est là (elle est à Apia en semaine avec Coco pour l’école), sera aux petits soins.

Les Giant Clams de Savaia

Olsen nous a aussi emmené faire du snorkeling pour observer les Giant Clams, des bénitiers géants atteignant 1m de long (10 talas, prévoir masque et tubas). Très beau et hyper impressionnant ! Nous  n’en avons jamais revu d’aussi grands !

La préparation de l’umu en famille

Le dimanche, nous participons à la préparation de notre dernier umu. Jane et Olsen ont engagé un cousin à lui pour le préparer, que Toni a aidé. Chauffage des pierres, râpe de noix de coco, préparation du palusami (feuilles de taro à la crème de coco et aux oignons, une tuerie !), montage du four… L’umu n’a plus de secret pour nous !

Comme d’habitude, on adore : palusamis, taro, fruit de l’arbre à pain, poisson cuit en papillote, sanglier sauvage tué la veille, poulet, chop suey, poisson… La table déborde littéralement (et nos estomacs aussi !).

Nous quittons Olsen et sa famille avec regret… Les jeux avec Coco, l’humour d’Olsen, l’accueil de Jane… ça va nous manquer ! Notre séjour chez eux était juste incroyable !

 

Nous décollons des Samoa le cœur gros… Nous ne savions pas à quoi nous attendre et nous avons adoré notre séjour dans ce pays ! Il y a tout : plages paradisiaques, nature luxuriante, logements simples mais confortables et bons marchés, accueil chaleureux, facilité à se déplacer… Mais il faut continuer !

Au final, nous avons dépensé beaucoup moins que prévu : il est vraiment facile de voyager à tout petit budget aux Samoa, si on en prend le temps. On va poster un prochain article avec les comptes et nos conseils pour faire du camping aux Samoa 😉

Direction notre prochaine étape : les Fidji !

good to know !

Du 26 avril au 1er mai 2018

Morgane

Nous, c'est Toni et Morgane, couple franco-espagnol passionné de voyage, Après 8 mois en Amérique du Sud en 2014, nous avons repris la route le 1er janvier 2017 pour un voyage sans billet retour ! Pour en savoir plus, n'hésite pas à venir faire un tour sur notre page "Qui sommes-nous ?" !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *