Les Samoa : une semaine sur Savai’i

Voici la suite de notre séjour à petit budget aux îles Samoa, un petit pays méconnu pour lequel nous avons eu un véritable coup de cœur ! Les Samoa sont composés de deux îles principales : Upolu, sur laquelle il y a Apia, la capitale, et l’aéroport, et Savai’i, plus grande mais moins peuplée.

Après une première semaine très agréable sur Upolu, nous prenons le ferry (hyper simple, il y en a toutes les 2 heures, pour 12 talas/personne) pour Savai’i. Nous savons où nous voulons aller : Lauiula Beach Fales, qui accepte les tentes. Nous sommes 6 à vouloir aller dans les deux beach fales du coin et négocions un taxi à 5 talas/personne pour les 20km de route. Il y a aussi des bus à quelques talas mais le prochain ne part qu’à l’arrivée du prochain et dernier ferry, dans 2h.

La route est chouette, traversant plein de villages. Les fales, sorte de pièce communautaire devant chaque maison servant à plein de choses (réunions de familles, lieu de repos, pour dormir, pour faire sécher le linge, etc), sont partout. Les anciens fales sont tout ronds et très photogéniques ! Les nouveaux sont généralement rectangulaires. Devant chaque maison, il y a aussi quelques tombes, qui servent souvent de lieu de jeu pour les enfants ou d’étendoir à linge… Aux Samoa, il n’y a pas de cimetière car on se fait toujours enterrer sur ses terres !

Lauiula Beach Fales, un accueil en or

A Lauiula Beach Fales, nous sommes reçus par Petra et Martin, un couple tchèque qui est venu en vacances aux Samoa il y a un an et demi et qui n’est jamais reparti… Et on comprend pourquoi ils ont eu le coup de cœur ! Les fales sont situés en bord de plage, à quelques mètres de l’eau, et on n’a qu’une envie : y plonger !

Ça sera notre quotidien des prochains jours : travail sur l’ordi face à la mer (car nous continuons de bosser à distance, tels de vrais digital nomads), snorkeling, paopao (la pirogue polynésienne), repas vraiment gargantuesques, balades à pied dans les environs. Il y a pire comme rythme !

Lauiula, c’est aussi le spot parfait pour les levers de soleil !

L’église sous la lave de Sale’aula

Après deux nuits à Lauiula et plusieurs kilos pris (sans exagérer !), nous prenons un bus vers le lavafield de Sale’aula. Là, il y a une curiosité locale : la plus ancienne église de l’île a été détruite par une coulée de lave (car les Samoa sont des îles volcaniques), il y a de ça un peu plus de 100 ans. Mais les murs sont toujours debout et la lave s’est solidifiée tout autour. Une petite promenade vraiment agréable !

Et alors que nous ressortons, le groupe de femmes qui gère l’endroit nous appelle « il est midi, vous avez mangé ? Venez avec nous ! ». Nous nous retrouvons invités à table, à manger du délicieux poulet coco au manioc… Un très bon moment !

Comme les bus sont rares, nous reprenons le stop, l’estomac rempli mais en plein cagnard. Et il faut croire que notre situation n’apitoie pas vraiment les rares conducteurs… Après une heure d’attente, enfin, un conducteur s’arrête pour nous emmener à Manase, notre destination finale, à seulement 5km de là !

Manase, les tortues en liberté de Savai’i.

A Manase, on peut nager avec les tortues. En piscine ou en liberté, au choix. Evidemment, vous devez vous douter ce qu’on a choisi… Et c’est pour cela qu’on a planté notre tente au Regina Beach Fales, car on nous l’avait conseillé (mais on ne le conseille pas, lisez plus bas). Juste devant Regina, il y a la « prairie », l’endroit où les tortues viennent brouter les algues le matin, par 2-3m d’eau. Dès le lendemain matin, en prenant notre petit dej, on voit des petites têtes qui remontent furtivement. L’excitation est à son comble car c’est la première fois qu’on en voit en liberté !

Une fois dans l’eau, c’est plus compliqué : l’eau est très trouble et les tortues farouches… Pas facile de les apercevoir ! On en voit une de temps en temps, très furtivement…

La plage devant les autres beach fales (il y en a plein dans le coin) est superbe et la balade très agréable.

Le lendemain, c’est dimanche. Et le dimanche, aux Samoa, c’est le jour de la messe ! Ici, c’est immanquable. Il y a des églises absolument partout : catholiques, adventistes, méthodistes, protestants, mormons, témoins de Jéhovah, Jésus-Christ des saints des derniers jours, etc. On dit même que les Samoa est le pays avec le plus grand nombre d’églises par habitant ! Il est inconcevable pour eux de ne pas aller à la messe le dimanche et, tout simplement, de ne pas avoir de religion. Nous sommes dans un pays très pauvre mais les églises sont pourtant immenses : de vrais châteaux, même dans les plus petits villages ! Voilà où passent tous des sous des Samoans…

Nous allons à l’église catholique de Safotu avec la tante et la nièce de la propriétaire de la pension. Tout le monde est très bien habillé et porte des habits bien repassés : les habits du dimanche ! Même Toni a sorti sa chemise samoane ! L’ambiance est joyeuse et l’église pleine : des bébés aux vieillards, tout le monde y est. Les chants sont beaux mais, pour le reste, on se rappelle pourquoi on n’aime pas y aller : c’est long… et on ne comprend rien, tout étant en samoan !

De retour à la pension, nous enfilons les maillots de bain et allons rejoindre nos copines les tortues. Et là, miracle ! On arrive à en suivre 3, pas farouches, pendant quelques minutes. Magique !

L’umu, le repas du dimanche midi cuit four traditionnel, est ensuite servi. Poisson, taro, fruit de l’arbre à pain, poulet, fruits de mer, chop suey… Super bon ! Mais l’ambiance est vraiment spéciale et pas vraiment amicale : tout le monde mange en silence, à une table différente. Nous sommes les seuls clients et on aurait aimé un moment de partage, mais ce n’est pas vraiment le cas…

Le lendemain, quand nous partons, la propriétaire nous demande un supplément de 40 talas car on a utilisé de l’électricité pour recharger nos ordis et nos téléphones. Cela n’avait jamais été annoncé, ça nous reste en travers de la gorge… Bref, Regina Beach Fales, on déconseille !! Les nouveaux propriétaires ne sont franchement pas aimables. Allez plutôt dans les beach fales autour (le choix ne manque pas) et venez juste nager devant le Regina pour les tortues.

Falealupo, la plus belle plage de Savai’i

Après ces 3 nuits à Manase, nous partons direction Falealupo, tout à l’ouest de Savai’i. Comme il n’y a qu’un bus par jour à 14h et que nous n’avons aucune envie de rester un peu plus à Manase, nous tentons le stop. Et comme d’habitude, nous sommes rapidement pris par un pasteur (oui, beaucoup de pasteur ou dirigeants d’églises ont de belles voitures… Vive l’argent des fidèles !). Il devait au début nous déposer dans le prochain village mais il change son programme de la journée et décide de nous amener quasiment à notre destination finale ! Aaaah, la gentillesse des samoans…

Deux voitures plus tard, un autre pasteur nous dépose à Falealupo Beach Fales, où la beauté du lieu nous coupe le souffle. Une fois n’est pas coutume, nous décidons pour une nuit de ne pas planter la tente et prenons un fale. La vue est juste splendide.

L’après-midi sera tranquille, entre snorkeling, lecture et repos dans le fale le temps de laisser passer un gros orage. Le soir, la nourriture est horrible, mais on s’y attendait (merci On part quand ?!). C’est aussi le meilleur endroit du pays pour observer les couchers de soleil. Malheureusement pour nous, il n’est pas incroyable ce soir-là par rapport aux jours précédents…

Les trous souffleurs, ou blowholes, d’Alofaaga

Le lendemain, une grosse journée de stop nous attend. Nous ne savons pas encore où nous allons dormir car il n’y a pas de beach fales le long de la côte ouest et sud !

Sortir de Falealupo en stop n’est pas facile mais heureusement un voisin nous amène à la route principale. De là, un capitaine samoan de ferry Interislander (les ferries faisant Wellington-Picton en Nouvelle-Zélande), nous prend et nous amène à l’entrée de la route vers les blowholes, les trous souffleurs d’Alofaaga. A peine nos sacs posés, une autre voiture arrive. Je les arrête pour les demander de nous prendre à leur bord car il y a encore plus d’un kilomètre et c’est le cagnard. Greg, kiwi et Corinne, française et Chloé, leur fille, nous prennent sans problème !

Mes les blowholes, qu’est ce que c’est ? Ce sont des cavités naturelles, dans une ancienne coulée de lave, par lesquelles la mer s’engouffre et rejaillit, telle un geyser. Nous en avions vu des petits à To Sua Ocean Trench, sur l’île d’Upolu, mais ceux-ci sont bien plus gros. Pour mieux les apprécier, il faut y aller à marée haute.

Les blowholes sont effectivement très impressionnants, même si la marée n’est pas encore à son maximum. Ça gronde, ça vibre, ça souffle et ça jaillit à 20 ou 30m de haut ! La petite famille franco-kiwi décide de payer une mamie pour avoir droit au « show », c’est-à-dire au lancer de coco dans les trous souffleurs. Les noix de coco sont projetées à plusieurs dizaines de mètres du sol, accompagnés par les chants de la mamie. On n’aurait pas payé pour le show si on avait été seuls mais, franchement, ça vaut le coup ! (5 talas/personne l’entrée + 5-10 talas pour le show)

La route de la famille étant la même que la notre, ils proposent de les joindre pour le reste de la journée : génial !!

Afu Aau, la cascade paradisiaque

Alors que nous sommes en nage, le prochain arrêt est attendu par tout le monde : la cascade d’Afu Aau (5 talas). L’endroit, une succession de bassins, est superbe et l’eau turquoise. Nous y passons pas mal de temps à sauter et à nous faire masser les épaules par le débit de l’eau. Une pause au top !

Le cratère de Tafua

Sur la route du retour, Greg et Corinne proposent de s’écarter de la route principale pour nous rendre au village de Tafua et traverser la rainforest. On est toujours partants pour ce genre de plans ! Aaah, la voiture c’est quand même la liberté… L’église de Tafua est toute mignonne. A peine arrêtés pour prendre une photo, un homme accourt pour nous dire que c’est 5 talas par personne et que ça inclut une balade au cratère du volcan avec son fils de 13 ans. Ok, marché conclu, on est bons clients et on voulait justement voir ce cratère !

La balade est courte mais notre jeune guide est utile car c’est vraiment la jungle ! Le cratère est envahi de forêt vierge, bouchant toute vue, mais la balade valait le coup.

La petite famille nous dépose ensuite à quelques kilomètres de Lauiula Beach Fales, où nous avons finalement décidé de retourner. On avait été tellement bien reçus par Petra et Martin en début de semaine !

A peine 2 minutes plus tard, une voiture s’arrête pour nous prendre en stop : c’est la tante de la propriétaire du Regina, avec qui nous avons été à la messe et chez qui nous avons été si mal reçus à Manase !! C’est vraiment un tout petit pays !

Nous passons 2 jours à travailler à Lauiula avant de prendre le ferry pour retourner sur Upolu, où nous allons en Helpx chez Jane et Olsen… Une rencontre inoubliable qu’on va vous raconter au prochain épisode !

Au final, on a adoré notre semaine sur Savai’i : plus tranquille qu’Upolu, cette petite île est vraiment chouette à découvrir en une semaine ! Le stop a été facile, même si on a parfois attendu au nord-ouest, là où il y a très peu de trafic… Mais on n’est jamais restés bloqués !

good to know !

Du 18 au 26 avril 2018 - 1€=3 talas

Lauiula Beach Fales

40 talas/personne

En tente et en demi-pension. Une super adresse, avec un accueil en or de Petra et Martin ! On y est allé en début et en fin de séjour : notre meilleure adresse sur Savai'i. On a aussi gagné quelques kilos...

Lavafield de Sale'aula

5 talas/personne

L'église engloutie par la lave : une jolie balade

Regina Beach Fales

40 talas/personne

En tente et en demi-pension. Nous déconseillons cette adresse ! Il y a de nouveaux propriétaires depuis peu et ils ne sont franchement pas accueillants : on nous a demandé un supplément pour l'électricité, supposée être comprise dans le prix.

Falealupo Beach Fales

70 talas/personne

En fale et en demi-pension. Le lieu est superbe, les gens sympas mais la nourriture infecte : n'y restez pas plus d'une nuit !

Blowholes d'Alofaaga

5 talas/personne

Une chouette petite visite. Pour le parking et lancer de noix de coco, il faut négocier avec la mamie : ne payez pas plus de 10 talas (en tout)

Cascades d'Afu Aau

5 talas/personne

Allez bien jusqu'au dernier bassin !

Cratère de Tafua

5 talas/personne

Une jolie petite balade dans la jungle.

Ferry Savai'i-Upolu

12 talas

Ferry toutes les 2 heures, qui part pile à l'heure. Traversée de 1h30.

Morgane

Nous, c'est Toni et Morgane, couple franco-espagnol passionné de voyage, Après 8 mois en Amérique du Sud en 2014, nous avons repris la route le 1er janvier 2017 pour un voyage sans billet retour ! Pour en savoir plus, n'hésite pas à venir faire un tour sur notre page "Qui sommes-nous ?" !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez les cookies ? Nous aussi ! Ce site utilise des cookies pour améliorer et personnaliser votre expérience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.