Huahine, en toute tranquillité

Après Raiatea, nous nous envolons pour Huahine. A peine 15min de vol et nous sommes arrivés !! Huahine, c’est une île tranquille, peu touristique par rapport à ses voisines Tahiti, Moorea ou Bora Bora. Des montagnes, un lagon, une belle plage… et des voleurs ! Car oui, il nous est arrivé une petite mésaventure qu’on va vous raconter…

Comme d’habitude, nous atterrissons sans plans ni réservations. Comme d’habitude, les locaux sont alarmistes « Comment ça, vous n’avez pas de réservation ?! Mais vous n’allez jamais trouver. Ah vous avez une tente ? Mais même avec une tente il faut réserver ! » No comment.

Nous savons qu’il y a un camping, Hiva Plage, au sud de l’île. Hop, nous tendons le pouce et 2 voitures plus tard, nous sommes à Hiva Plage, chez Christelle et Tehii !

Camping de Hiva Plage

Christelle est bretonne et elle a rencontré son mari tahitien en Bretagne, où il était militaire. Ils se sont installés en Polynésie il y a de ça 18 ans et ont eu 5 enfants. On comprend pourquoi ils ont craqué pour le terrain où ils vivent aujourd’hui : le camping est juste au bord de la seule plage de sable de l’île, qui est magnifique !

C’est marrant car mes parents sont venus à Huahine en 1988, lors du tour du monde qu’ils avaient fait à cette époque. Et ils avaient justement planté leur tente au bord de la plage, où nous sommes aujourd’hui. Bon, à l’époque il n’y avait pas de route, juste une piste, pas de camping officiel… Ça devait être très différent ! Mais en regardant leurs diapositives, on a retrouvé quelques lieux où on est aussi allé… 30 ans plus tard !

Snorkeling et kayak à Hiva Plage, à Huahine

Hiva Plage, c’est l’endroit parfait pour déconnecter : Internet est payant et cher (500f/heure). Du coup, on n’en prend pas ! Pendant 6 jours, on a oublié le reste du monde. Le camping était peu fréquenté cette semaine-là : on était entre 3 et 8 chaque nuit. De quoi faire de belles rencontres et discussions ! On a passé beaucoup de temps à trier les photos, à écrire des articles pour le blog, à lire… et à profiter de la mer !

Le lagon en face du camping est parfait pour faire du snorkeling : plein de patates de corail abritent une faune très riche. On a passé notre la tête dans l’eau, à explorer les environs au rythme des courants (qui sont plus ou moins forts selon la marée). Poissons colorés, coraux, anémones, raies, murènes… Le tout dans maximum 4m d’eau ! C’est vraiment le meilleur spot de Huahine pour le snorkeling !

On a aussi emprunté (gratuitement) les kayaks du camping pour rejoindre le motu en face ou assister au coucher de soleil sur Raiatea et Tahaa, au loin. Splendide ! On en a vu de très beaux en 6 jours.

Il y a, juste à côté du camping, un beau marae : le marae Anini. Avec ses cocotiers et sa plage de sable blond, c’est une vraie image de carte postale !

Le tour de Huahine en scooter

Histoire de visiter un peu plus l’île, nous choisissons de louer un scooter pour 24h. La location est payante et très chère (5000f, soit 42€) mais, vu notre isolement, nous n’avons pas d’autre solution.

Nous voilà donc partis à 2 sur un petit scooter 50cc… Il est neuf mais qu’est ce qu’il est petit et inconfortable ! Dans les grosses montées, je dois même descendre et monter à pied !

Nous choisissons de faire le tour dans le sens inverse des aiguilles d’une montre pour suivre le soleil.

La route, qui serpente, coincée entre la montagne et le lagon, est superbe (comme d’habitude, j’ai l’impression qu’on répète toujours la même chose d’une île à l’autre !).

Notre premier arrêt sera au belvédère de Fai’e, avec une belle vue sur Huahine Iti (car Huahine est en fait constituée de deux îles partagées par un tout petit bras de mer et reliées par un pont).

Après cela, nous allons voir les anguilles sacrées de Fai’e. Elles sont beaucoup, énormes et vraiment spéciales avec leurs gros yeux bleus !! Elles vivent toute l’année dans un petit ruisseau et sont nourries par les habitants du coin. Deux travailleurs en pause repas s’en vont acheter une boite de maquereaux à la sauce tomate et leurs en jettent. Et, même si on déteste ce genre de pratiques, on ne peut qu’admirer la bataille !! Elles ondulent, se jettent les unes sur les autres et sortent même de l’eau pour grappiller un maximum de morceaux ! Pas farouches, elles n’hésitent pas à venir taper dans nos pieds ou contre la caméra.

Nous filons ensuite vers le Fare Pote’e de Maeva. La route est superbe, le long d’un chenal. De petits marae plein de charme se succèdent, les pièges à poisson ancestraux font leur apparition.

Avant le Fare Pote’e, nous décidons de tourner vers la presqu’île pour nous rendre à l’ancien Sofitel où il y a, parait-il, un beau jardin de corail. Le vent s’est levé, il fait maintenant frais ! Toni va à l’eau tandis que je reste sur la plage. Il en revient quelques minutes après, très déçu : les courants sont très forts, la visibilité mauvaise et le corail en bien plus mauvais état que devant notre camping ! Au final, il passe son temps à jouer avec un chien très affectueux…

Nous faisons un petit tour du terrain, à s’imaginer à quoi ressemblait le Sofitel avant… Les fermetures d’hôtels sont un vrai problème en Polynésie. Toutes les chaines viennent ouvrir des resorts, attirés par les cadeaux fiscaux octroyés les 5 premières années. Puis, dès que ces 5 années passent, ils partent ! Soit l’hôtel est racheté et change de nom, soit il est abandonné, en l’état, avec bungalows et mobilier. Le deuxième cas est très fréquent malheureusement… D’autres hôtels ferment car, au renouvellement du bail, les propriétaires des terrains en indivision (très courant en Polynésie) n’arrivent pas à se mettre d’accord sur le loyer ou son trop gourmands. Ainsi, Huahine, qui accueillait plus d’une dizaine de beaux hôtels il y a 10 ans, n’en compte plus que deux ou trois aujourd’hui, au grand désespoir des locaux. Le même soucis existe à Bora Bora ou Moorea.

Dans notre cas, le Sofitel a fermé il y a plus de 10 ans. Les bungalows sont longtemps restés en l’état avant d’être détruits par un cyclone. Tout a alors été rasé mais il reste encore quelques marques qui résistent au passage du temps : chemins, statues, pilotis et surtout la piscine… Bien triste quand on voit la beauté du site !

Nous revenons sur nos pas, en nous arrêtant en route à un énorme marae, le marae Manunu.

De retour sur la route côtière, nous poursuivons jusqu’au Fare Pote’e de Maeva. Entouré par… des marae, comme d’habitude, le Fare Pote’e est une belle construction. C’est une énorme maison de réunion ovale et construite sur pilotis, selon des méthodes traditionnelles. Aujourd’hui, il abrite un petit musée intéressant sur la culture locale. Nous en faisons le tour pendant qu’une grosse averse éclate à l’extérieur.

Dès que le soleil ressort, nous filons cheveux casques au vent vers Fare, la « capitale » de l’île (c’est en fait un gros village). Nous sommes alors totalement au nord et nous avons fait un peu plus de la moitié de la route. Il est 14h, nous avons super faim alors nous pique-niquons devant le Super U, face à la baie.

Le temps se couvrant, nous décidons de rentrer doucement au camping, en oubliant totalement une étape qui nous avait pourtant été bien recommandée par Claire et Guillaume de Tahiti : la visite de la distillerie de Huahine, tenue par un petit papy haut en couleur qui fait ses propres liqueurs de fruits. Elle est placée juste à côté de la Gendarmerie mais, comme elle n’est pas indiquée, nous l’avons zappée ! En même temps, c’est peut-être mieux comme ça car il parait que la dégustation est généreuse et qu’on dépasse bien vite la limite autorisée pour conduire… 😀

Répétitions pour le Heiva de Huahine

Le soir, avec les autres voyageurs du camping, nous nous rendons à la répétition du groupe du village pour le Heiva de Huahine. Le Heiva, c’est le plus gros évènement de la culture tahitienne : en juillet, dans toute la Polynésie Française, des concours de chants et danses sont organisés sur chaque île. Chaque village a son équipe et c’est qui aura le plus beau costume, les meilleurs danseurs… Nous avons eu la chance d’assister en juillet à une soirée du Heiva le plus prestigieux, celui de Tahiti. Et, comme on faisait notre tour de Polynésie en juin, on a été invité sur chaque île à nous rendre aux répétitions, à chaque fois de plus en plus belles : à Raiatea d’abord, puis à Huahine et enfin à Bora Bora.

A la répétition de Parea, sur Huahine, nous sommes sous un grand hangar ouvert. Le vent souffle, il fait frais. Il y a une soixantaine de danseurs sur scène, de tous les âges et de toutes les corpulences. Alors que ce n’est qu’une répétition de « petit village », nous sommes époustouflés par le déhanchement des femmes et l’agilité des hommes, en particulier avec leur mouvement des genoux. Les danses s’enchainent pendant 2h. Le chorégraphe, un homme d’une soixantaine d’année, mène tout le monde à la baguette, en tahitien s’il vous plait ! La musique est réalisée en direct par une vingtaine d’hommes et leurs instruments traditionnels. Les chants sont magnifiques mais, malheureusement, on ne comprend rien !

Une chouette soirée !

Notre aventure au camping

On a adoré le camping de Hiva Plage, super bien placé, bien équipé et très tranquille, mais il nous est arrivé une petite mésaventure…

Quand on est arrivés, Christelle nous avait prévenu : « Faites attention à vos affaires, ne laissez rien de valeur dans vos tentes le soir quand vous êtes dans la salle commune. On a eu quelques vols par le passé ». Ok, pas de soucis, ce n’est pas ça qui va nous effrayer…

Les deux premières nuits, on dort comme des loirs. La troisième, Toni est réveillé par des petits coups le long de son bras (rappel, nous sommes en tente). Dans un demi-sommeil, il pense que c’est le jeune chiot du camping, tout fou, qui est réveillé et qui s’amuse. Mais voilà qu’une lumière de portable apparaît devant ses yeux… Euh, c’est quoi ce b***** ?!! Il  trouve sa lumière et l’allume : « mon sac a disparu ! » (la dernière fois qu’il m’a fait le coup, c’était en Patagonie à cause des renards, souvenez-vous ! Mais là, pas de renards…)

Immédiatement, on se met à crier « AU VOLEUR ! » et Christelle et son mari sortent de leur maison en 30s. Tehii tente de courir après le voleur, qui est déjà loin… Heureusement, le gros sac à dos de Toni n’est pas très loin et, même s’il a été ouvert, rien n’a disparu.

Un autre couple en tente, lui aussi réveillé , s’aperçoit que leur trousse de toilette, elle aussi laissée entre les deux toiles de la tente, a été fouillée et laissée un peu plus loin… Le voleur a donc eu le culot de fouiller les deux tentes (en ouvrant la toile extérieur de la nôtre !) alors qu’on était dedans… Vous imaginez bien qu’il a été difficile de nous rendormir ensuite… et de dormir les trois nuits restantes !

La nuit suivante, je dors très mal et bondis à chaque bruit « suspect » (= dès qu’une feuille bouge, ce qui arrive tout le temps !). Vers 1h30 du matin, les deux chiens (qui étaient attachés la nuit précédente) s’élancent en aboyant vers la plage. Notre voleur était sûrement de retour…

Et, la dernière nuit, en plein cauchemar (je suis particulièrement sensible aux histoires de voleurs depuis une mésaventure qui m’est arrivée quand j’avais 17 ans), j’hurle « au voleur » à 3h du matin, réveillant tout le monde… Toute penaude, je m’excuse auprès de tout le monde en expliquant que ce n’était qu’un cauchemar… Ces histoires ne nous ont pas gâché le séjour mais m’ont bien épuisées, avec 4 nuits de mauvais sommeil. C’est vraiment dommage car le camping est idyllique et Christelle et son mari sont adorables ! Si nous retournons à Huahine un jour, nous y retournerons avec plaisir !

6 jours à Huahine, le bilan

6 jours, c’était sympa, mais peut-être un peu beaucoup car le camping était isolé et les transports chers. Comme on aime ne rien faire (et surtout, on avait des milliers de photos à trier !), ça ne nous a pas du tout dérangé. Idéalement, on aurait aimé y passer 4 nuits. On n’a pas eu de coup de cœur pour Huahine même si, évidemment, on a aimé l’île ! C’est que, à force de visiter des îles du Pacifique, la barre devient haute !

Voici tous les articles de notre blog voyage sur la Polynésie Française, où nous avons passé 5 semaines :

🖤 Itinéraire, budget et bilan de notre voyage en Polynésie Française

good to know !

Du 16 au 22 juin 2018 - 1€ = 119,84 francs Pacifique

Camping Hiva Plage

2000f/nuit pour 2

La camping le moins cher de Polynésie ! Ajouter 60f/nuit/personne de taxe de séjour.

Location scooter

5000f/24h

Location au camping. Cher mais pas le choix (la location à Fare est légèrement moins chère). Scooter 50cc neuf.

Fare Pote'e de Maeva

Sur donation

Un petit musée intéressant et bien fait

Transfert Camping-Aéroport

750f/personne

Nous avons fait l'aller en stop mais le retour en voiture avec Christelle.

Morgane

Nous, c'est Toni et Morgane, couple franco-espagnol passionné de voyage, Après 8 mois en Amérique du Sud en 2014, nous avons repris la route le 1er janvier 2017 pour un voyage sans billet retour ! Pour en savoir plus, n'hésite pas à venir faire un tour sur notre page "Qui sommes-nous ?" !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez les cookies ? Nous aussi ! Ce site utilise des cookies pour améliorer et personnaliser votre expérience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.